Pour le Front de Gauche, «Roubaix ne doit pas être une mairie de quartier de Lille Métropole»

Pour le Front de Gauche, «Roubaix ne doit pas être une mairie de quartier de Lille Métropole»

Publié le 09/01/2014 | Par Charles-Olivier Bourgeot (Voix du Nord)

Nous l’annoncions ce dimanche. Le Front de Gauche l’a confirmé ce mercredi. Éric Mouveaux mènera sa liste à Roubaix et se voit comme l’animateur d’une équipe présentant « un projet politique en rupture avec trente ans de clientélisme politique à Roubaix ».

Ce soir-là, autour de la table d’anciens élus : l’ex-chef de file des communistes, Jean-Marie Duriez, Boualem Haddouche (Parti de Gauche), un temps pressenti pour partir en solo, ou Fatma Erdogan (PCF) qui sort d’un mandat dans la majorité. Et puis des militants politiques : Yann Merlevede (Gauche anticapitaliste) ou le communiste Pierre Outteryck ; des militants associatifs dont l’ancienne présidente du comité de quartier de Moulin-Potennerie, Frédérique Fournie. Quatorze sympathisants en fait de la future liste « Pour Roubaix l’Humain d’abord, ensemble reprenons le pouvoir », dont Éric Mouveaux qui en sera l’«  animateur  ». Un terme auquel ce syndicaliste de 49 ans, directeur d’association qui n’a jamais été élu politique, tient particulièrement. «  Notre démarche est collective, ouverte et rassembleuse  », introduit un homme persuadé que défendre Roubaix localement, c’est aussi le faire nationalement ou à l’échelle métropolitaine. «  Roubaix n’est pas et ne doit pas être une mairie de quartier de Lille Métropole  », poursuit-il en souhaitant proposer «  un projet politique en rupture avec trente ans de clientélisme politique à Roubaix  ».

Une enveloppe pour chaque quartier

Dans ce projet, la démocratie participative. Yann Merlevede est vent debout contre celle proposée à Roubaix. Leur idée serait de donner une enveloppe à des conseils de quartier totalement repensés. «  Les habitants décideront. Ce ne sera plus l’ANRU qui vient et dit : On va faire ça ici  », explique cet habitant des Trois-Ponts. Pour Éric Mouveaux, faire voter les habitants est possible sur des questions les concernant directement puisqu’il existe «  des budgets pour l’aménagement des quartiers  ». L’ancien chef de file des communistes Jean-Marie Duriez insiste pour sa part sur la nécessité de renforcer les services publics, en proposant notamment un retour en régie de la restauration scolaire. Le Front de Gauche lutte aussi pour une gestion publique de l’eau à l’échelle métropolitaine.

Remettre en cause les rythmes scolaires

L’ancien élu au commerce, Boualem Haddouche, propose entre autres de redymaniser le marché du centre-ville. «  Même Camphin-en-Pévèle n’en voudrait pas !  », constate-t-il. Pierre Outteryck s’attarde plus particulièrement sur les discriminations, notamment en ce qui concerne l’accès à la culture – «  est-il normal qu’il n’y ait qu’une seule bibliothèque municipale dans une ville de 100 000 habitants ?  » – et les rythmes scolaires. «  C’est scandaleux de voir que les enfants issus des familles monoparentales ou en difficulté ne sont pas prioritaires pour l’accès au périscolaire  », fait-il remarquer assurant que «  si nous devenons majoritaires, nous remettrons en cause cette mesure  ». Le communiste propose par ailleurs de remettre la police municipale dans les quartiers et un retour des concierges dans les immeubles.

Le logement

Une priorité. Éric Mouveaux fustige les marchands de sommeil et assure que pour lutter contre, une mairie a les moyens d’intervenir sur le marché foncier par la préemption ou la réquisition. Et de donner quelques chiffres en matière de logements, dont celui-ci, paradoxal : «  À Roubaix, il y a moins de grands logements que dans le reste de la métropole (30 % contre 37 %) alors qu’il y a plus de grandes familles, de trois enfants ou plus (36 % contre 25 %).  » Construire des grands logements sociaux neufs, lutter contre l’habitat indigne, lancer un programme d’aide à la rénovation énergétique, des axes forts de la liste du Front de Gauche que ses membres tenteront de porter au niveau de Lille-Métropole : «  Le budget logement n’est que le sixième budget d’investissement de la Métropole  ».

«Notre adversaire, c’est l’extrême droite et la droite»

La liste

Elle n’est pas encore bouclée. Éric Mouveaux n’exclut pas des «  surprises  » au moment de sa présentation, notamment dans le milieu associatif et syndical. La première vient de l’ancienne présidente du comité de quartier Moulin-Potennerie. Frédérique Fournie, ancienne socialiste a quitté l’association l’an dernier, en désaccord avec celle qui lui a succédé : une certaine Elisabeth Beaugrand, cette ex militante de l’UMP qui figure sur la liste PS de Pierre Dubois.

Les alliances

« Notre adversaire, c’est l’extrême droite, c’est la droite, c’est le grand patronat, martèle le chef de file du Front de Gauche. Nous ferons tout pour l’empêcher de prendre la mairie.  » S’il prétend être « candidat à la gestion de la ville », une alliance avec les autres listes de gauche au deuxième tour n’est évidemment pas à exclure. Yann Merlevede présente pourtant la liste comme la seule réellement à gauche. Et puis le premier tract de campagne n’omet pas de taper sur la politique d’austérité du gouvernement en précisant qu’il est PS et EELV, un autre adversaire à Roubaix. «  Nous ferons tout pour que nos propositions fortes soient prises en compte et mises en œuvre », poursuit M. Mouveaux. Cela passe bien sûr par un gros score au premier tour.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s