Construire l’opposition de Gauche !

Construire l’opposition de Gauche !

Déclaration du Bureau National du Parti de Gauche

1er décembre, Marche pour la Révolution fiscale

La conférence de presse de François Hollande du 14 janvier est un tournant. C’est une accélération brutale du cours libéral de sa politique. Il assume désormais pleinement sa politique libérale, la plus droitière de l’histoire d’un gouvernement PS. La politique de l’offre assumée comme colonne vertébrale de l’action gouvernementale, c’est en effet le choix du capital contre le travail. C’est considérer le salarié comme le responsable de la crise. C’est répéter que le travail « couterait » trop cher alors même que c’est ce dernier qui produit les richesses que le capital ponctionne de façon toujours plus importante depuis 30 ans. C’est également s’enfoncer toujours plus en avant dans le productivisme.

Cette orientation n’a évidemment rien à voir avec le socialisme, ni même avec la social-démocratie puisqu’il n’est plus question de chercher un compromis entre capital et travail. En réalité, elle n’est plus de gauche : elle reprend d’ailleurs les propositions de l’UMP et du MEDEF. Là encore Mme Merkel et le SPD allemand alliés au gouvernement constituent un modèle pour Hollande. Il ne peut l’imposer que de manière autoritaire : recours aux ordonnances, passage en force à l’assemblée avec le 49.3, suppression des élections prudhommales…

Cette escalade impose une réponse à la hauteur. François Hollande assume une politique de droite ? Nous devons nous y opposer au nom des valeurs de la gauche. C’est pourquoi le BN du PG appelle à construire dès maintenant une opposition de gauche dans le pays. Dans cet objectif nous appelons les militants et élus des partis de la majorité gouvernementale pour qui la gauche a encore un sens à rompre les rangs. Cela commence par refuser de voter le pacte de responsabilité à l’assemblée nationale. Aucun parlementaire de gauche n’a été élu pour faire la politique du Medef, pour détruire l’état social, attaquer le cadre républicain à travers la réorganisation territoriale, affaiblir toujours plus la souveraineté populaire et accélérer une intégration européenne sous le joug de la droite allemande. C’est donc l’heure de vérité. Parlementaires du PS, d’EELV, du MRC, du PRG refusez l’ultimatum de François Hollande : votez contre le pacte de responsabilité comme le feront ceux du FDG !

Nous appelons tous les militants de gauche à se mobiliser en faveur des listes qui incarneront une opposition de gauche lors des municipales. Ces listes indépendantes des listes gouvernementales seront d’ores et déjà présentes dans plus des ¾ des villes de plus de 20 000 habitants et 90 % des villes de plus de 50 000. Ces listes réunissent tout ou partie des composantes du Front de Gauche. Dans de nombreux cas, elles sont aussi plus larges : avec le NPA en alliance avec EELV voire avec des socialistes dissidents comme à Lyon. La base en est à chaque fois la contestation de la politique d’austérité à l’échelle nationale comme locale. Il s’agit donc d’un premier succès pour l’opposition de gauche. Elles annoncent l’étape suivante : les élections européennes où notre objectif est plus que jamais de devancer les listes gouvernementales du Parti socialiste.

Il revient naturellement au Front de Gauche d’être le déclencheur de cette opposition. Quand les composantes du FDG, dont le PCF, écrivent ensemble « le Front de gauche s’oppose à la politique libérale de ce gouvernement dont l’orientation nourrit la désespérance et fait le lit de l’extrême droite », quand nos parlementaires votent contre le budget, le Front de gauche s’engage sur cette voie.

La construction de l’opposition de gauche a été au programme de la rencontre que nous avons eu avec le PCF le 17 janvier. Nous notons avec satisfaction que si sur l’appellation il y a encore des hésitations, sur le fond le PCF est déjà en accord avec nous pour affirmer la nécessité de s’opposer clairement à cette politique et construire une alternative à gauche. Cela va donc dans le bon sens.

En provoquant cette rencontre, nous avions surtout pour objectif de créer les conditions pour sortir de la crise du FDG. Car, alors que jamais un gouvernement PS n’a été aussi droitier, force est de constater que le FDG aborde avec difficulté le premier scrutin national après l’élection de François Hollande. C’est l’absence d’une stratégie commune correspondant à ce moment politique qui en est la cause. Le Front de Gauche n’a en effet d’utilité et de sens que s’il est un outil au service d’une stratégie. Celle-ci consiste à inverser le rapport de force à gauche au détriment des sociaux-libéraux afin de proposer une alternative crédible au libéralisme d’où qu’il vienne. Dans un régime démocratique cela passe par une confrontation claire permettant aux électeurs de choisir. Des militants du Front de gauche peuvent faire d’autre choix : mais le Front de gauche lui-même s’identifie à cette stratégie d’autonomie conquérante. Dans ce contexte, le PG a également rappelé son objectif de relancer la proposition d’adhésions directes sous forme d’une association des amis du FDG. Il s’agit non seulement de favoriser une véritable implication populaire permettant de dépasser le simple cartel d’organisations mais aussi de résoudre à l’avenir les prises de décision sur les stratégies nationales.

Le PG était venu à cette rencontre avec plusieurs propositions concrètes. Le BN enregistre des réponses intéressantes de la délégation du PCF. C’est le cas sur les cantonales et régionales sur lesquelles sa délégation a dit que son état d’esprit était une ligne nationale pour l’autonomie. C’est le cas sur les Européennes : sur le contenu programmatique, sur l’équilibre numérique des têtes de liste, sur le principe d’une proposition pour la Présidence de la GUE décidée par l’ensemble de la délégation française.

Enfin, le PCF nous a promis une réponse rapide sur nos propositions concernant les municipales.

La gravité de la situation due au tournant de la politique de François Hollande aurait pu nous conduire à demander au PCF de se retirer des listes gouvernementales pour préserver l’avenir du FDG du moins dans les villes les plus symboliques. Nous ne l’avons pas fait pour ne pas arriver à une situation de blocage. D’où notre proposition de compromis en empêchant l’utilisation du logo FDG par les listes gouvernementales. Derrière le logo, la question est stratégique : nous refusons que le PS puisse tromper les électeurs et dénaturer notre démarche en faisant main basse sur notre appellation commune.

Nous enregistrons avec espoir l’annonce que le PCF va discuter de notre proposition y compris sur Paris. Car vu les enjeux, un retour négatif serait incompréhensible. Le BN du PG considère que toutes le conditions sont maintenant sur la table pour surmonter la crise du FDG et relancer sa dynamique.

C’est essentiel pour les élections à venir mais également pour les mobilisations nécessaires contre la politique de François Hollande. Il n’y aura en effet pas de construction de l’opposition de gauche sans l’implication citoyenne, l’irruption populaire. Voilà pourquoi il faut travailler à un large front social et politique, un front du peuple. La manifestation de ce 18 janvier à Marseille, en présence de Jean-Luc Mélenchon, contre l’austérité qui a réuni toutes les forces opposées la politique actuelle (syndicats, association, partis politiques) est l’exemple de ce qu’il faut multiplier partout en France. Voilà pourquoi le BN du PG appelle plus que jamais à développer la campagne du collectif unitaire « non à la hausse de la TVA » dont les objectifs se sont déjà élargis sur la fiscalité et le coût du capital, à l’enraciner localement et à réussir son premier rendez-vous national fixé le 8 février. Voilà pourquoi nous nous mobiliserons contre le projet inutile de Notre Dame des Landes le 22 février.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s