Lille : le Front de gauche lance « trois nouveaux outils » dans la campagne

Lille : le Front de gauche lance « trois nouveaux outils » dans la campagne

<br />
Sylviane Delacroix, Hugo Vandamme, Sébastien Polvèche<br />
: retour des régies municipales... Photo Pierre Le Masson<br />
VDN
Sylviane Delacroix, Hugo Vandamme, Sébastien Polvèche : retour des régies municipales… Photo Pierre Le Masson

Le Front de gauche, liste L’Humain d’abord, décline son programme ; prône sans surprise le retour vers les régies municipales et s’offre le luxe d’annoncer une nouveauté : une agence locale pour la création d’activités.

Par quoi commencer ? Au mépris de la chronologie du point presse, par l’annonce de « trois nouveaux outils » lancés par le Front de gauche dans le débat des municipales. Le premier concerne la naissance d’une agence locale pour la création d’activités. « Le cadre public a également à agir sur l’emploi », précise Hugo Vandamme, tête de liste L’Humain d’abord. Ce service intégré à la Maison de l’emploi permettrait à travers le prisme d’une observation fine de mettre en adéquation besoins et compétences locales. « Cela n’existe nulle part ailleurs. » Un cadre juridique s’appuyant sur l’économie sociale et solidaire offrirait des statuts pérennes aux petits entrepreneurs susceptibles de se lancer dans la production. « Exemple, on parle de récupérateurs d’eau mais personne ne les construit dans la région. » Des fabricants et autant d’emplois à la clé.

Régies municipales

Les conseils de quartier, sur les bases de la démocratie participative, pourraient également faire émerger les demandes. « C’est toujours mieux que de rester dans l’attente d’un hypothétique investisseur », poursuit Hugo Vandamme, plus enclin à prendre les devants. Il sera rejoint dans son discours par Sébastien Polvèche qui, sur le constat d’une métropole à « dimension agricole affirmée », milite pour la création d’un service dédié à l’agriculture urbaine, fruit d’une régie de production agricole. L’occasion « d’approvisionner en bio toutes les cantines scolaires, sans que cela coûte plus. Ce qui n’est pas le cas actuellement ». Enfin, avec les espaces de logistique urbains, c’est la question des transports de marchandises qui se pose. « On privilégie le fer, le fleuve et la route. On entrepose les marchandises dans du patrimoine que l’on détient (parfois) déjà et on organise des distributions de proximité. » Il paraît qu’en plus, c’est bon pour l’environnement.

Pour le reste, le Front de gauche oppose sans surprise les services publics à la finance. Un combat qui se gagne à coups « de régies municipales ». « Pour l’eau », comme le souligne Sylviane Delacroix « bien inaliénable » dont « les premiers mètres cubes seront gratuits par nécessité, avec un tarif croissant ensuite pour éviter le gaspillage. » Pour les transports, « gratuits pour les scolaires, les allocataires du RSA et ensuite pour tous ». Pour la gestion des déchets ménagers, pour le stationnement… La régie offre, quel que soit son objet, « la garantie d’une gestion plus efficace et moins opaque. » Cette approche a pourtant un coût. « Des moyens peuvent être trouvés dans le rééquilibrage des taux du foncier et du foncier non bâti par rapport à la taxe d’habitation… » Bien vu, Lille compte « 70 % de locataires ».

PATRICK SEGHI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s