Pour Delphine Beauvois, les communes peuvent améliorer la condition des femmes

Pour Delphine Beauvois, les communes peuvent améliorer la condition des femmes!

 

 

Comment les municipalités peuvent-elles combattre la politique d’austérité qui crée la précarité féminine ? Delphine Beauvois, arrivée tout droit de Paris, a apporté ses éléments de réponse vendredi dernier. À l’étage du pub Saint-Georges, la secrétaire nationale du Parti de gauche a animé la conférence-débat sur le thème du féminisme. Pour l’institutrice qui ne cache pas son origine de droite, les communes peuvent améliorer les droits et la condition des femmes.

 

« Le féminisme ? C’est un sujet dont personne ne parle. Longtemps considéré comme un moyen de détruire le capitalisme, il contraste avec notre société patriarcale, souvent dominée par les discours », lance Delphine Beauvois. Et d’affirmer : « Nous ne sommes pas des hystériques castratrices, mais nous prenons conscience qu’il n’est pas simple d’être femme et de faire de la politique. Mais la politique, c’est aussi notre affaire ».

 

Les métiers féminins cloisonnés

Elle dresse un constat global marqué par l’infériorité féminine. Les retraites des hommes sont supérieures de 40 % parce que les carrières des femmes ont été plus courtes ou interrompues, principalement à cause des naissances. Le système capitalisme tire les grilles salariales vers le bas en favorisant, pour les femmes, le temps partiel ou l’intérim. Les métiers féminins sont cloisonnés. « Par exemple, la femme de ménage qui prend son service chaque matin dès 5 heures peut difficilement communiquer avec ses homologues car elles ne se rencontrent pas souvent. C’est alors un type d’emploi peu propice aux revendications, donc intéressant pour le capitalisme », fait-elle remarquer. Delphine Beauvois est convaincue que les municipalités doivent prendre des mesures pour contrebalancer la politique qui accroît les inégalités entre les sexes. Selon elle, les communes devraient créer de l’emploi pour assurer notamment les gardes de la petite enfance et apporter les soins nécessaires aux personnes âgées. En octroyant plus de logements aux victimes, elles pourraient lutter contre les violences faites aux femmes car actuellement il n’existe qu’un logement pour 10 000 habitants. « On a tendance à renvoyer la femme à son rôle mère, mais elle a le droit de disposer de son corps. Il faut alors donner une plus large information sur la contraception en créant des centres spécialisés en matière de santé. » Les communes pourraient aussi inciter, par des aides, les entreprises privées à favoriser la parité. Par ailleurs, il faut favoriser la mixité dans tous les domaines. « On pourrait très bien concevoir une équipe de foot composée de six femmes et cinq hommes. »

La discussion s’est ensuite poursuivie par l’échange d’idées plus générales, notamment sur les responsabilités des parents et des enseignants en ce qui concerne la transmission de l’instruction et de l’éducation.

http://www.lavoixdunord.fr/region/pour-delphine-beauvois-les-communes-peuvent-ameliorer-la-ia16b0n1951541

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s