UN MI-MANDAT CREPUSCULAIRE

Par Eric Coquerel, co-secrétaire national du PG

Le bilan à mi-mandat de François Hollande était des plus sombres. Depuis le week-end dernier, il est devenu dramatique. Pour la première fois depuis la mort de Malik Oussekine il y a 28 ans, un jeune homme a en effet été tué par la police lors d’une manifestation. Du côté des commentateurs zélés du pouvoir on refuse cette comparaison au prétexte, si l’on comprend bien, que Charles Pasqua était le Ministre de l’intérieur d’un gouvernement de droite et que Bernard Cazeneuve serait le Ministre de l’intérieur, forcément plus humaniste, d’un gouvernement « de gauche ». Cela n’est qu’une mauvaise communication politique. Car les faits sont têtus. Dans les deux cas la responsabilité politique du gouvernement est bien engagée. En 1986 Pasqua avait répondu par la répression au refus massif de la loi Devaquet chez les étudiants. Il avait tenté d’instrumentaliser, provoquer même, des débordements en marge des manifestations pour discréditer et diviser le mouvement et délégitimer ses revendications. Cette spirale s’est terminée de la façon dramatique que l’on connaît mais aussi par la défaite du gouvernement.

Qu’en est-il cette fois ? Un « manifestant pacifiste », caractérisé ainsi par Bernard Cazeneuve lui-même, est tué par une grenade offensive. Ce drame survient au cours d’un week-end où tout le monde sait, le Ministre de l’intérieur le premier, que les opposants ont décidé une grande mobilisation sur le site. Un site où, notons-le, la police n’a plus rien à protéger vraiment puisque, ignorant les recours déposés par les associations opposées au barrage, les autorités ont déjà quasiment rasé et dévasté la zone humide que la retenue d’eau doit recouvrir. Ce coup de force n’a d’ailleurs pas été pour rien dans la montée des tensions. Bien sûr, et nul ne le conteste, quelques-uns des manifestants n’excluent pas d’utiliser une certaine forme de violence pour s’opposer au barrage. Mais ce samedi, ils sont extrêmement minoritaires et toute la journée les organisateurs les ont marginalisés. De leur côté, et ce depuis des semaines, l’attitude des forces de police qui obéissent manifestement à des ordres en ce sens, n’apaise pas la tension. A plusieurs reprises, une forte répression a été opposée aux demandes de dialogues des associations y compris en présence des élus qui tentaient de s’interposer.

Cela a tout d’une stratégie visant à pourrir la situation. Dans la nuit de samedi à dimanche, cela n’a fait que s’aggraver : après une altercation entre un groupe de manifestants et un groupe isolé de policiers laissé, visible, sur le site, trente camions de gendarmes surviennent rapidement à l’entrée de la zone d’accès au chantier. Un tel dispositif ne pouvait qu’attiser le feu dans une zone constituant une sorte de cul-de-sac naturel, une souricière où la violence, nocturne en plus, ne pouvait que devenir incontrôlable. Ces faits étaient-ils inconnus du Ministre ? Il explique que non : « J’ai passé tout mon week-end en liaison avec ceux qui étaient en charge du maintien de l’ordre à appeler à la prudence, parce que je sentais cette violence et je voyais les provocations ».Il n’a donc pas tort quand il affirme : « Il ne s’agit pas d’une bavure » . On ne peut en effet le résumer ainsi. Des lampistes ne peuvent, seuls, payer ce drame même si une procédure judiciaire doit être ouverte. Il y a bien une grave faute dans la chaîne de commandement qui, on le voit, remonte directement au Ministre.

Dans les deux cas, l’opposition à la réforme Devaquet et au Barrage du Testet, il y a donc bien d’abord une situation de blocage. Car pour reprendre les mots de notre conseiller régional Midi-Pyrénées Guilhem Serieys : « S’il avait passé les différentes étapes réglementaires, le projet était illégitime du point de vue de l’esprit démocratique. Après les réserves de l’enquête publique, le Comité National de Protection de la Nature avait rendu un avis défavorable dont le maître d’ouvrage, le Conseil général du Tarn, n’a pas tenu compte. En faisant le choix de ne pas attendre les conclusions des instances juridictionnelles françaises et européennes, le Conseil général a cherché à imposer par la force et la précipitation ce qui est fragile par le droit ».

Devant une telle situation, un régime démocratique normal aurait recours au vote pour trancher la question. Dans une République non marquée par le caractère monarchique de la 5ème – qu’il soit exercé à l’Elysée ou, dans le cas présent, par un potentat local comme le Président du Conseil général Thierry Carcenac – le référendum constituerait une issue naturelle. Le même Carcenac aurait aussi pu décider un moratoire puis demander aux électeurs de trancher lors des prochaines élections départementales en assumant pour le coup ce projet de barrage dans son programme. Non : on a décidé de contourner l’opposition grandissante de citoyens et d’élus par la seule voie autoritaire et le recours à un outil répressif qui ne pouvait que s’avérer dangereux vu le terrain et les circonstances. Comme en 1986 là encore. Ce n’est pas chose isolée : le scénario avait été le même à Notre-Dame-des-Landes où on était passé à plusieurs reprises tout près d’un tel drame. Cette fois, malheureusement pour Rémi, cela n’a pas été le cas.

Alors oui, en République, la démission d’un Ministre de l’intérieur est la seule façon pour le gouvernement d’assumer une telle responsabilité politique. Pasqua ne l’avait pas fait en 1986 mais Devaquet si. Pour le moment, Bernard Cazeneuve donne des leçons, disant trouver indignes les propos des responsables du PG ou d’EELV alors que nous plaçons logiquement la mort de Rémi sur le terrain politique. Il nie par là l’engagement citoyen de Rémi Fraisse qui n’est pas mort dans un « accident » mais bien dans une manifestation où il défendait ses idées.

Non, ni M. Carcenac, le Président du Conseil général du Tarn, ni le gouvernement ne peuvent se dédouaner ainsi de leurs responsabilités. Tout cela est dans la logique d’une politique qui depuis deux ans est non seulement antisociale, mais qui plus est, criminalise et réprime les mouvements de contestations sauf ceux du patronat. Cela a commencé par le refus de la loi d’amnistie, cela s’est poursuivi mardi par la condamnation à des peines de prison avec sursis de militants de la Confédération paysanne en raison de leurs actions de protestation contre la ferme des mille vaches, assortis de peines d’amendes pour des refus de prélèvement d’ADN. Tout cela est dans la lignée habituelle de gouvernements de droite aux abois. Décidément le mi-mandat de François Hollande est déjà crépusculaire.

– See more at: http://www.lepartidegauche.fr/actualites/edito/un-mi-mandat-crepusculaire-30556#sthash.lkDKwNU8.dpufcrépuscule

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s