Archives du mot-clé citoyen

Communiqué du Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais Picardie-Elections régionales

Elections régionales 2015
Communiqué du Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Le Parti communiste français lance sa liste pour les élections régionales en Nord-Pas-de-Calais Picardie samedi 3 octobre à Lille. Afin de lever toute confusion, nous souhaitons rappeler que le Parti de Gauche n’est pas engagé sur la liste portée par le PCF. Le PG est engagé dans le Rassemblement constitué par EELV, la Nouvelle gauche socialiste, Nouvelle Donne et des collectifs citoyens, avec Sandrine Rousseau comme tête de liste régionale.
Par conséquent, la liste lancée par le PCF seul ne peut en aucun cas se prévaloir d’être une liste « Front de gauche ».

Pour le PG Nord-Pas-de-Calais-Picardie,
Marie-Laure DARRIGADE et Laurent MATEJKO, co-têtes de file régionales,
Julien POIX, coordinateur régional du PG

Publicités

REGIONALES: RESOLUTION DU PARTI DE GAUCHE NORD-PAS-DE-CALAIS PICARDIE

Réunis hier soir à Arras en AG grande région les adhérents du Parti de Gauche autour de leur chef de file Laurent MATEJKO et Marie-Laure DARRIGADE ont choisi le Rassemblement du Front de Gauche avec Europe Écologie les Verts et adopté la résolution suivante:

résolution AG régionale du PG Nord-Pas de Calais-Picardie
Arras, 9 septembre 2015
La nouvelle région Nord-Pas-de-Calais-Picardie doit relever les plus grands défis sociaux et écologiques. Région industrielle et agricole profondément marquée par l’exploitation des hommes et de son environnement, elle concentre les taux de chômage parmi les plus importants du pays et les séquelles héritées du 20ème siècle. Une partie croissante de sa population est aujourd’hui tentée par le vote d’extrême-droite ou par l’abstention, illusoires remèdes aux maux dont souffrent nos concitoyens, mais aussi expression d’une révolte froide vis-à-vis des gouvernements UMP et PS. Ces maux sont aggravés par les politiques d’austérité et à courte-vue menées indifféremment par les majorités au pouvoir sous tutelle des Traités européens imposés. C’est dans ce cadre que se dérouleront les élections régionales de 2015.
Lors de son Assemblée générale régionale du 27 juin 2015, le Parti de Gauche Nord-Pas de Calais-Picardie a indiqué à quelles conditions il souhaitait s’engager en vue des élections régionales de décembre, et construire une nouvelle offre politique anti-austéritaire, autonome du Parti socialiste et résolument orientée vers un projet écosocialiste.
Sur cette base, des échanges ont commencé avec le Parti communiste français, Europe Écologie Les Verts, Ensemble !, auxquelles se sont jointes la Nouvelle Gauche socialiste et Nouvelle Donne, dans une série de réunions bilatérales, ou spécifiquement du Front de gauche, ou incluant toutes les parties. À la mi-juillet, il a été convenu entre ces forces de créer trois groupes de travail « Projet », « Listes » et « Campagne » afin de donner corps à un rassemblement des forces politiques progressistes opposées à la politique du gouvernement et faisant place à l’implication des citoyens eux-mêmes. Ces groupes de travail ont permis de vérifier la grande convergence d’analyse et d’ambition entre le Parti de Gauche et ces partenaires. Oui, nous pouvons gagner cette région. Oui, nous pouvons la diriger et la transformer pour le bien-être de ceux qui y vivent.
À ce jour, il nous faut constater que le processus de rassemblement de ces forces est menacé par un désaccord persistant sur la tête de liste régionale, revendiquée à la fois par EELV (pour Sandrine Rousseau) et par le PCF (pour Fabien Roussel).
Nous appelons à trouver les moyens pour le dépasser. Cela passe par le respect, au plan national, de nos électeurs : ceux-ci doivent pouvoir se retrouver dans nos listes, d’où l’instauration partout de binômes paritaires dont des têtes de listes qui incarneront la diversité de nos rassemblements. Le PG prend ses décisions en tenant compte du paysage de nos listes au plan national. Au plan régional cette diversité doit se lire, au-delà du binôme, dans les têtes de listes départementales et les places éligibles équitablement réparties entre nos forces politiques ainsi qu’une proportion réservée aux citoyen-ne-s non encartées.
Pour parvenir à ce résultat, tout le monde doit rester dans le processus. C’est pourquoi nous regrettons les annonces unilatérales du PCF, sa non-participation aux groupes de travail indiqués plus haut, et le lancement d’une campagne autonome autour de Fabien Roussel, mettant à mal la dynamique à laquelle le PG participe activement.
Ce blocage ne peut perdurer, sous peine de ruiner toute chance de construire l’alternative sociale et écologiste, et de ne pouvoir offrir à l’électorat populaire la possibilité d’un vote utile sanctionnant l’actuelle majorité parlementaire.
Tout en espérant que tous nos partenaires du FDG retrouvent le chemin de l’unité, le PG poursuit la dynamique engagée dans la démarche entreprise avec EELV, la Nouvelle gauche socialiste et Nouvelle Donne.
Le Parti de Gauche rappelle les conditions nécessaires à son engagement dans une liste de premier tour :
• Une prise de position d’autonomie sans ambiguïté vis-à-vis du Parti socialiste ;
• Aucun préalable sur le deuxième tour au cours de la campagne de premier tour, les décisions de la liste sur la conduite à tenir, devront être prises en fonction des conditions concrètes à l’issue du premier tour ;
• Cette décision devra être prise collectivement, en y associant l’ensemble des parties prenantes du rassemblement, et non par la seule tête de liste ;
• Une autonomie de décision pour le PG entre les deux tours des élections régionales ;
• La dénonciation des politiques austéritaires menées au plan local, national et européen ;
• Un projet ambitieux de transition sociale et écologique de notre région ;
• Une stratégie conquérante qui permette de dépasser le cadre du Front de gauche et de rassembler toutes les forces de la gauche de résistance sur la base d’un projet alternatif au social-libéralisme ;
• L’adoption du label national commun aux forces politiques unies sur ces objectifs, qui assurera la visibilité du rassemblement et empêchera son appropriation par l’une ou l’autre de ses composantes ;
• La rédaction et l’acceptation d’une charte éthique qui fixera les grands principes d’engagements des candidats (non cumul, suivi après élection…) ;
• La constitution d’assemblées citoyennes et représentatives afin de permettre la participation des citoyens à l’action politique avant et après l’élection régionale.
Vus les échanges en cours entre forces politiques de gauche et écologistes dans la région, vu le rapport politique présenté lors de notre assemblée générale, et vus les débats de ce jour, l’Assemblée générale régionale du PG :
_Donne mandat à ses représentants d’approfondir les négociations avec EELV, la Nouvelle gauche socialiste, Nouvelle Donne, et avec toutes les forces qui s’inscrivent dans cette dynamique dans le but d’aboutir à une projet commun et à une liste qui exprime notre ouverture et notre ambition collective ;

_Invite avec insistance Ensemble ! et le Parti communiste à participer à ce rassemblement, afin que le Front de gauche dans son entier contribue au mouvement en cours de formation, et ce sur la base d’un projet élaboré collectivement.
L’Assemblée générale exprime la profonde conviction que l’union de toutes les forces de la gauche d’alternative sociale et écologiste peut dépasser les sociaux-libéraux, et garder la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie à gauche.

logo npdcp

Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko, chefs de file du PG aux régionales ( article La Voix du Nord, 14/07/15)

Régionales: à gauche, tout le monde discute… mais pas encore ensemble

Publié le 14/07/2015

Par Christophe Caron

Les élections régionales se déroulent les 6 et 13 décembre et les têtes de listes ont déjà le nez dans le guidon. Dans les états-majors, ça discute tous azimuts. Les listes (par départements) devront être prêtes à l’automne. À gauche, des alliances peuvent se faire… ou se défaire.

 Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko, chefs de file du Parti de gauche pour les régionales. Photo Pierre LE MASSON VDNPQR

L’union de la gauche pour les régionales ? Beaucoup en parlent, mais il faudra patienter un peu avant d’en voir la couleur. Dominante rouge, verte, rose ?…

À cinq mois du scrutin, la période est encore aux déclarations fermes. Prenez Europe Écologie-Les Verts. La formation a officiellement présenté ses cinq chefs de file (aux régionales, on vote pour des listes départementales) : Marine Tondelier dans le Pas-de-Calais, Christophe Porquier dans la Somme, Dominique Jourdain dans l’Aisne, François Veillerette dans l’Oise, et bien sûr la vice-présidente sortante Sandrine Rousseau, également tête de liste régionale, dans le Nord. Jeudi, de passage dans l’Oise, cette dernière a rappelé tout le mal qu’elle pense d’une « alliance de façade » ou d’un « accord mou » avec le PS : « Je n’ai pas entendu un seul socialiste monter au créneau contre la ferme des 1000 vaches. »

Samedi, ce sont les représentants du Parti de gauche, l’organisation lancée par Jean-Luc Mélenchon, qui sont sortis du bois en militant « pour une grande liste rouge et verte ». Côte à côte, voici Laurent Matejko et Marie-Laure Darrigade, deux « salariés » qui se présentent comme les chefs de file régionaux de leur parti aux régionales, œuvrant notamment « pour le rapprochement avec EELV ». Le Parti de gauche (PG) ne se lancera pas seul, c’est une évidence. Des candidatures d’union avec les écologistes ont été expérimentées aux départementales. « Le constat, c’est qu’il y a des convergences possibles. Sur la fin de l’austérité, sur le nucléaire, sur l’opposition à la loi Macron… Il y a une réelle volonté d’autonomie vis-à-vis du Parti socialiste. » Ce PS qui n’a décidément pas bonne presse à la gauche de la gauche. La semaine dernière, le PG a rencontré (séparément) ses camarades d’Europe Écologie et du Parti communiste pour évoquer ces éventuelles fiançailles. L’heure est aux discussions bilatérales, pas encore aux grands-messes.

Devant le PS au premier tour ?

Ailleurs, les agendas se révèlent tout aussi remplis pour un mois de juillet. L’écologiste Sandrine Rousseau l’admettait voici quelques jours : « Bien sûr, on va encore discuter avec le PS. » EELV appartient à l’actuel exécutif du conseil régional à majorité socialiste et possède cinq vice-présidences. Ça ne se balaye pas d’un revers de main… même si on sent bien que l’idée d’une coalition qui serait en mesure d’arriver devant le PS au premier tour titille les esprits. « Dans ce cas, le combat du second tour changerait radicalement », prophétise Laurent Matejko. L’argument : beaucoup de citoyens de gauche ne voteront jamais pour une liste d’union comprenant le PS.

Fabien Roussel, tête de liste régionale du Parti communiste et chef de file nordiste, pense la même chose. Avec Catherine Apourceau-Poly, chef de file Pas-de-Calais, il se tourne lui aussi vers « tous ceux qui partagent notre point de vue sur la politique actuellement menée » (en gros l’austérité). Et de prendre rendez-vous pour l’automne, lorsque l’Assemblée nationale votera le budget. « Si le PS répond aux besoins de la population, notamment en matière de politique de santé, ce sera un bon test. Mais s’il s’agit de poursuivre les politiques menées aujourd’hui, mieux vaut éviter d’entretenir la confusion. » Bref, le planning des discussions est en surchauffe.

ASSEMBLEE CITOYENNE: COMMENT REMETTRE EN MOUVEMENT LA SOCIETE ET RENDRE LE POUVOIR AU PEUPLE?

Le Parti de Gauche, membre du Front de Gauche invite les citoyens, militants, associatifs à venir débattre le mardi 16 juin 2015 à la salle Alain Colas, rue de la Marbrerie, métro Marbrerie à LILLE.

L’abstention s’installe depuis des années dans le paysage politique et le rejet de la classe politique s’accentue. Parallèlement l’extrême-droite et la résignation prospèrent sur ce terreau fertile. Pourtant, des raisons d’espérer existent: en Espagne, les mouvements citoyens entament leur conquête du pouvoir et en Grèce Syrisa lutte pour briser le cercle de fer de l’austérité. Et ici?  A nous d’imaginer la gauche de demain: antiaustéritaire, sociale et écologique. Cette construction d’une nouvelle société ne pourra se passer d’un profond renouvellement des sstructures démocratiques: comment redonner les clés du système au citoyen? C’est sur ce thème central que nous vous invitons à débattre le mardi 16 juin: amenez vos idées, vos remarques vos coups de gueules! Mettons-nous ensemble autour de la table pour co-construire l’alternative.

Julien Poix, co-secrétaire du Parti de Gauche Nord, membre du Front de Gauche.

POLITEIA_m

LE PROGRAMME DE LA SOIREE:

Assemblée citoyenne autour de la dynamique citoyenne.

Nous aurons l’occasion de mettre en débat ;
– la perspective de listes citoyennes aux élections régionales,
– l’enjeu de la reconquête de la participation citoyenne, autant aux élections que dans le cadre de la démocratie participative,
– le rôle de l’implication citoyenne dans la transformation écologique et sociale de la région.

Tu peux signer l’appel sur http://appelcitoyen2015.fr/

Trois ans après son élection, le quinquennat de François Hollande apparaît au grand jour comme une alternance sans alternative. La multiplication des renoncements amène les citoyen(ne)s à s’abstenir massivement aux élections, tandis que s’enracine le vote Front National.

Déjà, le PS multiplie les appels au « rassemblement de la gauche » dès le 1er tour dans la perspective des élections régionales.

Nous pensons qu’un autre voie est possible : celle du rassemblement de toutes celles et ceux qui souhaitent une alternative démocratique, sociale et écologique.

Nous sommes convaincus qu’un tel rassemblement est en mesure de construire du neuf. Toutefois, un programme alternatif ne suffira pas en soi à remobiliser les citoyens.
Il faut donc créer les conditions de l’implication populaire : élaboration du programme et désignation des candidats dans le cadre d’assemblées citoyennes, refus du cumul des mandats sous toutes ses formes, …

Cette implication populaire est tout à la fois, le moyen d’échapper au scénario binaire Front National / Front républicain, et un levier de transformation de la sociétéSyriza-rally

LA TELE DE GAUCHE 59 VIENT DE NAITRE!

Le Parti de Gauche du Nord a maintenant sa Télé de Gauche! Cette télé aura pour but de rendre compte et de relayer les mobilisations et évènements militantes importants dans tout le département. Elle se veut un outil d’éducation populaire et un relais d’information engagé.N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez participer à l’alimentation de la chaine youtube!

lien vers La télé de gauche 59:

https://www.youtube.com/channel/UCJBw366ItU_9HJoaykGLs1g

Le Parti de gauche à la rencontre des Douaisiens un stylo à la main

Le Parti de gauche à la rencontre des Douaisiens un stylo à la main

Publié le 20/09/2014 | La Voix du Nord

Comme nous l’évoquions dans nos colonnes, le comité du Douaisis du Parti de gauche (PG) a mené une action originale ce samedi place Carnot. L’opération consistait à proposer aux badauds de commenter l’actualité – et la perspective d’une éventuelle Sixième République – sur papier libre, avant que les feuilles ne soient suspendues à un fil tendu entre les arbres avec des pinces à linge. Une vraie bonne surprise à en croire le cosecrétaire du parti François Guiffard : « On est resté environ une heure et demie sur place avant d’être dérangé par la pluie. Ça s’est super-bien passé, se réjouit-il. La majorité de gens qu’on a croisée ne se sent pas concernée par la politique. Des électeurs FN en faisaient partie. Ce ne sont pas des idéologues d’extrême droite, mais plutôt des gens qui en ont ras le bol de la vie. Nous, on est venu sans prêcher nos évangiles. On a juste tendu une feuille et un stylo à une cinquantaine de gens en leur demandant d’écrire quelques mots. Ils ont apprécié la démarche je pense. J’ai eu l’impression qu’ils se sentaient considérés. On renouvellera l’expérience. » A. dé.