Archives du mot-clé douai

Communiqué de presse du PG du Douaisis suite au conseil municipal de Douai du 19 septembre 2014

Le Conseil Municipal du 19 septembre a réservé son lot de surprises!

L’austérité n’est pas que nationale, elle est aussi locale

D’abord lorsque Monsieur le Maire fait état de la situation des finances de la Ville de Douai au vu des baisses de dotations de l’Etat (11 milliards annoncés pour les collectivités). Il a exposé ainsi, le risque pour la municipalité d’être mise sous tutelle de la Chambre Régionale de la Cour des Comptes à l’aube de 2017, si rien n’est fait pour réduire les dépenses (2,3 millions d’euros d’ici 3 ans!). Non content d’agir sur l’unique levier de la réduction des dépenses, Monsieur le Maire envisage aussi d’agir sur la colonne des recettes, ce qui signifie purement et simplement qu’il compte augmenter les impôts! Pour lui l’effort est logique, il correspond au plan d’austérité qu’a présenté le gouvernement Valls il y a peu. Preuve que comme nous l’avions dit lors de la précédente campagne pour les élections municipales, le « local » est guidé par le choix d’une politique nationale.

Mais alors nous nous interrogeons sur le silence des élus du groupe communiste, présent non seulement dans la majorité socialiste mais aussi dans l’exécutif. Vont t-ils, du fait des places qu’ils occupent, ne rien faire? Le groupe l’Humain d’Abord va t-il se taire, alors qu’il a été élu sur une étiquette Front de Gauche et une ligne « anti austéritaire »? Nous espérons pour notre part que ce silence n’est pas synonyme d’une compromission et qu’il se prononcera clairement en votant contre les budgets d’austérité à venir.

Un parc « Jacques Vernier » ?

Là encore qu’elle fut notre surprise! Pour la première année de sa mandature, la nouvelle majorité de gauche va offrir le nom « Jacques Vernier » (ancien maire UMP) au Parc du Rivage Gayant. C’est le résultat de dizaine d’années de consensus mou au sein du Conseil Municipal de la Ville de Douai. En apparence les élus UMP et PS ont l’air de s’affronter sur des débats d’idées, en vérité, il sont d’accord entre eux. Un élu PS (Lahcen Aït Et Hadj, pour le nommer) a même justifié ce geste en affirmant qu’il était normal que des élus ayant voué leur carrière pour une ville est droit à une forme de postérité. Aurons nous donc droit à un nom de rue ou un  musée en l’honneur des élus du Front National?

Quel message politique faut-il y voir? Les électeurs ont-ils élus Frédéric Chéreau pour ce genre de chose? Et pourquoi le groupe communiste s’est une nouvelle fois contenté de s’abstenir comme de simple frondeurs ?

Nous considérons pour notre part que ce genre d’hommage ne peut avoir lieu qu’après la mort d’une personnalité. L’Histoire doit d’abord faire son œuvre.

Le Parti de gauche à la rencontre des Douaisiens un stylo à la main

Le Parti de gauche à la rencontre des Douaisiens un stylo à la main

Publié le 20/09/2014 | La Voix du Nord

Comme nous l’évoquions dans nos colonnes, le comité du Douaisis du Parti de gauche (PG) a mené une action originale ce samedi place Carnot. L’opération consistait à proposer aux badauds de commenter l’actualité – et la perspective d’une éventuelle Sixième République – sur papier libre, avant que les feuilles ne soient suspendues à un fil tendu entre les arbres avec des pinces à linge. Une vraie bonne surprise à en croire le cosecrétaire du parti François Guiffard : « On est resté environ une heure et demie sur place avant d’être dérangé par la pluie. Ça s’est super-bien passé, se réjouit-il. La majorité de gens qu’on a croisée ne se sent pas concernée par la politique. Des électeurs FN en faisaient partie. Ce ne sont pas des idéologues d’extrême droite, mais plutôt des gens qui en ont ras le bol de la vie. Nous, on est venu sans prêcher nos évangiles. On a juste tendu une feuille et un stylo à une cinquantaine de gens en leur demandant d’écrire quelques mots. Ils ont apprécié la démarche je pense. J’ai eu l’impression qu’ils se sentaient considérés. On renouvellera l’expérience. » A. dé.

Douaisis : une manifestation des lycéens prévue contre le transport scolaire payant

Douaisis : une manifestation des lycéens prévue contre le transport scolaire payant

Publié le 03/09/2014| VOIX DU NORD

 PAR A. DÉ. ; PHOTO ARCHIVES JOHAN BEN AZZOUZ

Parce qu’il refuse de « payer la mauvaise gestion du SMTD » (Syndicat mixte des transports du Douaisis) – qui se traduit à ses yeux par la mise à contribution financière des famillesà hauteur de 100 euros par an (1) – le Syndicat général des lycéens (SGL) appelle les lycéens douaisiens, et leurs voisins, à se mobiliser le jeudi 11 septembre. Une manifestation est prévue ce jour-là au départ de la place d’Armes. Mobilisés en octobre contre la réforme des retraites, les lycéens devraient battre le pavé en nombre le 11 septembre.

Le projet était dans les tuyaux depuis quelque temps déjà. Le SGL, qui avait fait part le 25 août au président Hatu de son opposition farouche à la décision du SMTD de faire payer les familles, s’est rapproché depuis de la CGT pour organiser une manifestation jeudi prochain. « Nous ne sommes pas dupes, le vrai problème est l’état financier du SMTD, tonne Gaëtan Helon, représentant du SGL douaisien. Après le fiasco sans précédent du tram, il est inimaginable qu’on ose demander aux familles de payer cent euros par lycéen pour pouvoir aller étudier ! C’est pourquoi, avec le soutien de parents, nous appelons à cette mobilisation le 11 septembre. Des cortèges partiront des lycées de la ville vers la place d’Armes. On invite les élèves à rester aux portes de leur bahut (2). Il faut que tous les élèves des lycées de Douai et des villes voisines, généraux ou professionnels, rejoignent notre mouvement. Aujourd’hui, c’est Marche ou paye ! »

Lettre ouverte aux maires des communes du SMTD

Pour Estelle Bartczak, mère d’un Lewardois de 16 ans qui va en bus au lycée, il sera difficile de changer la donne cette année. Pour autant, la mobilisation à laquelle elle invite les parents d’élèves à participer doit conduire le Syndicat mixte « à faire un geste commercial dès à présent, et à ce qu’il revienne à la gratuité du transport scolaire des lycéens dès l’an prochain. Le SMTD dit vouloir inciter les lycéens à prendre le bus. Je demande à voir… » Elle poursuit : « Une lettre ouverte a été adressée aux maires des 46 communes du SMTD pour les inviter à nous rejoindre, et à faire signer le document par leurs administrés qui sont comme nous en colère. M. Candelier sera parmi nous ce jour-là. Cette lettre n’est pas une pétition mais la preuve du poids de notre mobilisation. Nous espérons pouvoir remettre ces signatures à Christian Hatu, président du SMTD, à l’occasion de la manifestation. »

1. Afin que soit assuré le transport des lycéens de leur domicile jusqu’aux portes de leurs établissements à la faveur d’un aller-retour quotidien uniquement. Ces 100 € annuels correspondent au versement de 8,80 € sur dix mois + 12 € de frais de dossier.

2. Plusieurs rassemblements sont prévus aux portes des lycées avant le départ pour la place d’Armes : Labbé et Rabelais (8h30) – Corot et Rimbaud (9h) – Châtelet (9h20). La manifestation débutera place d’Armes à 10h.

Sin-le-Noble – À gauche, un cercle du PG est créé ainsi qu’une nouvelle association

Sin-le-Noble – À gauche, un cercle du PG est créé ainsi qu’une nouvelle association

Publié le 29/05/2014 | La Voix du Nord

Après une adhésion au Parti de gauche, Marina Dabonneville, numéro quatre sur la liste conduite aux municipales par Vincent Campisano, crée l’association Cerises vertes pour des alternatives écosocialistes.

Le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon est né en 2008 d’une scission au sein du PS. Depuis 2013, le PG de la circonscription, dirigé par François Guiffard, réunit les militants de Dechy, Guesnain et Douai.

Aujourd’hui, à Sin-le-Noble, il y a suffisamment d’adhérents et de sympathisants pour former un cercle (l’équivalent d’une section pour d’autres partis) car au lendemain des municipales, Marina Dabonneville a rejoint le Parti de gauche en compagnie de sympathisants.

Après les municipales

Pour Marina Dabonneville, c’est une manière de donner une suite au mouvement citoyen né au moment des municipales et de regrouper des personnes qui se retrouvent sur l’importance des sujets environnementaux et écologiques, sont favorables à la démocratie participative et à l’égalité entre les hommes et les femmes.

Cette volonté s’est incarnée dans l’association baptisée Cerises vertes. Pour y participer, il n’est pas obligatoire d’adhérer au PG et vice-versa : « L’association se veut avant tout ouverte à tous, précise Marina Dabonneville. On débattra des enjeux cruciaux à côté d’un parti politique suffisamment moderne pour tolérer que les gens viennent éprouver ses idées, les critiquer et les enrichir d’expériences concrètes ».

Les Cerises vertes : présidente, Marina Dabonneville (PG) ; coprésident : Sébastien Baurain (PG) ; secrétaire : Ghislaine Delcourt (ex-PCF) ; trésorier, Bruno Dabonneville (ex-PS) ; trésorier-adjoint : Alain Sylvain (ex-PS).

Courriel : lescerisesvertes.sinlenoble@gmail.com

Pour Delphine Beauvois, les communes peuvent améliorer la condition des femmes

Pour Delphine Beauvois, les communes peuvent améliorer la condition des femmes!

 

 

Comment les municipalités peuvent-elles combattre la politique d’austérité qui crée la précarité féminine ? Delphine Beauvois, arrivée tout droit de Paris, a apporté ses éléments de réponse vendredi dernier. À l’étage du pub Saint-Georges, la secrétaire nationale du Parti de gauche a animé la conférence-débat sur le thème du féminisme. Pour l’institutrice qui ne cache pas son origine de droite, les communes peuvent améliorer les droits et la condition des femmes.

 

« Le féminisme ? C’est un sujet dont personne ne parle. Longtemps considéré comme un moyen de détruire le capitalisme, il contraste avec notre société patriarcale, souvent dominée par les discours », lance Delphine Beauvois. Et d’affirmer : « Nous ne sommes pas des hystériques castratrices, mais nous prenons conscience qu’il n’est pas simple d’être femme et de faire de la politique. Mais la politique, c’est aussi notre affaire ».

 

Les métiers féminins cloisonnés

Elle dresse un constat global marqué par l’infériorité féminine. Les retraites des hommes sont supérieures de 40 % parce que les carrières des femmes ont été plus courtes ou interrompues, principalement à cause des naissances. Le système capitalisme tire les grilles salariales vers le bas en favorisant, pour les femmes, le temps partiel ou l’intérim. Les métiers féminins sont cloisonnés. « Par exemple, la femme de ménage qui prend son service chaque matin dès 5 heures peut difficilement communiquer avec ses homologues car elles ne se rencontrent pas souvent. C’est alors un type d’emploi peu propice aux revendications, donc intéressant pour le capitalisme », fait-elle remarquer. Delphine Beauvois est convaincue que les municipalités doivent prendre des mesures pour contrebalancer la politique qui accroît les inégalités entre les sexes. Selon elle, les communes devraient créer de l’emploi pour assurer notamment les gardes de la petite enfance et apporter les soins nécessaires aux personnes âgées. En octroyant plus de logements aux victimes, elles pourraient lutter contre les violences faites aux femmes car actuellement il n’existe qu’un logement pour 10 000 habitants. « On a tendance à renvoyer la femme à son rôle mère, mais elle a le droit de disposer de son corps. Il faut alors donner une plus large information sur la contraception en créant des centres spécialisés en matière de santé. » Les communes pourraient aussi inciter, par des aides, les entreprises privées à favoriser la parité. Par ailleurs, il faut favoriser la mixité dans tous les domaines. « On pourrait très bien concevoir une équipe de foot composée de six femmes et cinq hommes. »

La discussion s’est ensuite poursuivie par l’échange d’idées plus générales, notamment sur les responsabilités des parents et des enseignants en ce qui concerne la transmission de l’instruction et de l’éducation.

http://www.lavoixdunord.fr/region/pour-delphine-beauvois-les-communes-peuvent-ameliorer-la-ia16b0n1951541

 

Communiqué de F. Guiffard en réponse à Brigitte Bonnaffé-Leriche

Communiqué de F. Guiffard en réponse
à Brigitte Bonnaffé-Leriche

 

Quelle fut ma surprise de voir en ce jour de 25 Décembre une attaque sur internet et dans la presse, de Brigitte Bonaffé à mon égard, me reprochant notamment une « rhétorique qui se veut spectaculaire » (on retrouve là les arguments invoqués face à JLM, à la bonne heure!) et de vouloir faire « une attaque de personne » (il est vrai pour tout ceux qui me connaissent que j’ai une fâcheuse tendance à réduire la politique à une personne n’est ce pas?).

Je n’ai jamais su me taire, ni garder le silence (il paraît que c’est là le défaut des révoltés), je n’ai jamais compté « laver le linge sale » en public non plus, mais il y a des éléments à exposer afin de permettre la compréhension de chacun, et d’expliquer pourquoi le Parti de Gauche (PG), le parti que je représente au niveau du Douaisis, ne s’engage pas avec vous à Douai pour ces prochaines élections municipales.

Est-ce là mon premier tort? Il me semble logique que les citoyens puissent comprendre (sans entrer dans tous les détails) le pourquoi et le comment, ou est-ce que l’on doit encore une fois leur cacher des choses?
Alors avec tout le respect que j’ai eu, et que j’ai encore, pour vous, je ne peux m’empêcher de répondre. Car enfin il est en effet assez étrange que les deux-trois personnes décidant de tout pour cette liste, n’est pas voulu de ma présence en n°2 et n°3 de la liste (alors que la plupart des non cartés étaient favorable à ma candidature!) mais que Madame Brigitte Bonnaffée (j’ai envie d’outre passer ses conventions et de te dire TU comme on le fait entre camarade normalement!), à titre personnel, (le PC refusant toujours qu’un PG soit en position éligible) propose une femme. Il s’agissait en outre de Leslie, Co secrétaire du comité du Douaisis du PG. Nommons la pour être clair! Or Leslie a toujours manifesté son refus de faire partie des premières places, quelle mauvaise foi de se servir d’elle in fine pour nous renvoyer la faute. Mais surtout, depuis quand revient-il à quelques uns de décider de ce que le PG doit proposer comme candidat? Avons nous demandé à changer les candidats proposés par le Parti Communiste (PC) ? Non, jamais, car la section PC Douai est souveraine pour choisir qui doit la représenter. Il est donc important de comprendre qu’il en est de même pour notre organisation politique. Le PG n’a pas à être marginalisé.
Autre question : Pourquoi est-ce que lorsqu’on est candidat à 20 ans, on doit toujours être perçu comme « carriériste », ayant un engagement non pas pour des idées mais pour la promotion de soi (comme vous le sous entendez explicitement dans votre droit de réponse!). C’est là l’attaque la plus abjecte et la plus irrespectueuse que l’on puisse me faire. Vous vous demandez pourquoi les jeunes ne vont plus voter, pourquoi ils ne s’engagent plus? Vous en avez la preuve ici, en partie. Car quand je me suis battu pour la VIème République, pour la révolution fiscale, pour la retraite à 60ans ou encore pour la fin de la politique d’austérité, quand je me suis battu localement pour ces idées qui ont été tout au long de l’année 2013 le cheval de bataille du FDG, où vous étiez ?
Je n’ai jamais remis en cause l’honnêteté et la sincérité de votre engagement, je vous demanderai donc d’en faire autant pour moi, parce rien dans mes mots ni dans mes actes ne peut trahir une once de mes convictions.

Enfin, je rappelle que la liste que vous conduisez étant constituée d’UNE et d’une SEULE formation politique, le PC, elle ne peut se targuer de représenter le FDG. C’est là votre premier mensonge.

Si l’on veut des données factuelles, je suis prêt à en donner! Sur ce, Joyeux Noël à tout-e-s, nous nous retrouverons bien dans la campagne à venir, pour parler POLITIQUE!