Archives du mot-clé élections

Communiqué du Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais Picardie- « Une alouette de Front de Gauche, un cheval de PCF »

Communiqué du Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Une alouette de Front de gauche, un cheval de PCF

Le Parti de gauche du Nord-Pas-de-Calais-Picardie prend acte de la division du Front de gauche à l’occasion de la prochaine élection dans notre région, et la déplore.
Or, nous constatons au fil des déclarations publiques que la liste l’Humain d’abord et son leader Fabien Roussel revendiquent l’appellation exclusive de « liste Front de gauche », malgré les évidences :
_Le Parti de gauche est membre du Rassemblement (EELV-PG-Nouvelle Donne-Nouvelle Gauche socialiste, collectifs citoyens) mené par Sandrine Rousseau. Or, une liste sans le PG, parti ayant fourni au Front de gauche son candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon – soutien du Rassemblement, ne peut être assimilée au FdG.
_L’humain d’abord présente cinq têtes de liste communistes sur cinq départements.
_La liste l’Humain d’abord est constituée à près de 75% par des élus et adhérents du PCF, avec un record dans le Pas-de-Calais (91%). Ensemble ! 59-62, seule autre composante du Front de gauche officiel présente sur la liste fournit trois candidat-e-s, soit 1,67% de la liste régionale.

L’Humain d’abord est donc une liste essentiellement communiste, logiquement classée comme telle par le Ministère de l’intérieur ).
Le Parti de gauche Nord-Pas-de-Calais-Picardie regrette que tant d’énergie soit dépensée pour accaparer le logo du Front de gauche, et que si peu l’ait été pour faire l’unité de l’opposition rouge-verte au premier tour.

Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko, chefs de file du PG aux régionales ( article La Voix du Nord, 14/07/15)

Régionales: à gauche, tout le monde discute… mais pas encore ensemble

Publié le 14/07/2015

Par Christophe Caron

Les élections régionales se déroulent les 6 et 13 décembre et les têtes de listes ont déjà le nez dans le guidon. Dans les états-majors, ça discute tous azimuts. Les listes (par départements) devront être prêtes à l’automne. À gauche, des alliances peuvent se faire… ou se défaire.

 Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko, chefs de file du Parti de gauche pour les régionales. Photo Pierre LE MASSON VDNPQR

L’union de la gauche pour les régionales ? Beaucoup en parlent, mais il faudra patienter un peu avant d’en voir la couleur. Dominante rouge, verte, rose ?…

À cinq mois du scrutin, la période est encore aux déclarations fermes. Prenez Europe Écologie-Les Verts. La formation a officiellement présenté ses cinq chefs de file (aux régionales, on vote pour des listes départementales) : Marine Tondelier dans le Pas-de-Calais, Christophe Porquier dans la Somme, Dominique Jourdain dans l’Aisne, François Veillerette dans l’Oise, et bien sûr la vice-présidente sortante Sandrine Rousseau, également tête de liste régionale, dans le Nord. Jeudi, de passage dans l’Oise, cette dernière a rappelé tout le mal qu’elle pense d’une « alliance de façade » ou d’un « accord mou » avec le PS : « Je n’ai pas entendu un seul socialiste monter au créneau contre la ferme des 1000 vaches. »

Samedi, ce sont les représentants du Parti de gauche, l’organisation lancée par Jean-Luc Mélenchon, qui sont sortis du bois en militant « pour une grande liste rouge et verte ». Côte à côte, voici Laurent Matejko et Marie-Laure Darrigade, deux « salariés » qui se présentent comme les chefs de file régionaux de leur parti aux régionales, œuvrant notamment « pour le rapprochement avec EELV ». Le Parti de gauche (PG) ne se lancera pas seul, c’est une évidence. Des candidatures d’union avec les écologistes ont été expérimentées aux départementales. « Le constat, c’est qu’il y a des convergences possibles. Sur la fin de l’austérité, sur le nucléaire, sur l’opposition à la loi Macron… Il y a une réelle volonté d’autonomie vis-à-vis du Parti socialiste. » Ce PS qui n’a décidément pas bonne presse à la gauche de la gauche. La semaine dernière, le PG a rencontré (séparément) ses camarades d’Europe Écologie et du Parti communiste pour évoquer ces éventuelles fiançailles. L’heure est aux discussions bilatérales, pas encore aux grands-messes.

Devant le PS au premier tour ?

Ailleurs, les agendas se révèlent tout aussi remplis pour un mois de juillet. L’écologiste Sandrine Rousseau l’admettait voici quelques jours : « Bien sûr, on va encore discuter avec le PS. » EELV appartient à l’actuel exécutif du conseil régional à majorité socialiste et possède cinq vice-présidences. Ça ne se balaye pas d’un revers de main… même si on sent bien que l’idée d’une coalition qui serait en mesure d’arriver devant le PS au premier tour titille les esprits. « Dans ce cas, le combat du second tour changerait radicalement », prophétise Laurent Matejko. L’argument : beaucoup de citoyens de gauche ne voteront jamais pour une liste d’union comprenant le PS.

Fabien Roussel, tête de liste régionale du Parti communiste et chef de file nordiste, pense la même chose. Avec Catherine Apourceau-Poly, chef de file Pas-de-Calais, il se tourne lui aussi vers « tous ceux qui partagent notre point de vue sur la politique actuellement menée » (en gros l’austérité). Et de prendre rendez-vous pour l’automne, lorsque l’Assemblée nationale votera le budget. « Si le PS répond aux besoins de la population, notamment en matière de politique de santé, ce sera un bon test. Mais s’il s’agit de poursuivre les politiques menées aujourd’hui, mieux vaut éviter d’entretenir la confusion. » Bref, le planning des discussions est en surchauffe.

ELECTIONS REGIONALES-APPEL. LE TEMPS D’UN NOUVEAU SOUFFLE EST VENU!

Le Parti de gauche Nord-Pas-de-Calais-Picardie lance un appel au rassemblement pour les prochaines élections régionales: face au FN et à la solution du « Front Républicain », il existe un chemin d’espoirs à tracer! Nous appelons tous les citoyens, militants politiques ou syndicalistes à se mobiliser pour construire l’avenir de notre région.

Vous avez des questions? Des remarques? Vous souhaitez soutenir ou signer ce texte? Envoyez-nous vos coordonnées à l’adresse suivante! regionalesnpdcpicardie@gmail.com

Élections régionales, le temps d’un nouveau souffle est venu !

Chères et chers citoyens,

Trois ans après son élection, le quinquennat de François Hollande apparaît au grand jour comme une alternance sans alternative. En effet, s’il est prétendu que c’est la gauche qui gouverne ce pays, dans les faits, c’est indiscutablement une politique de droite qui est menée.Dès lors, pour de nombreux concitoyen(ne)s, la gauche et la droite c’est pareil : la confusion est à son comble.

Cette trahison suscite la colère et amène les citoyen(ne)s à s’abstenir massivement lors des élections, comme nous l’avons encore constaté lors des élections départementales. Ces élections ont également été marquées par l’effondrement du Parti Socialiste dans la Région Nord Pas de Calais Picardie et par la montée en puissance du Front National.

Déjà, les états – majors du PS et de l’UMP préparent un scénario bien huilé, dans la perspective des élections régionales de Décembre 2015 : rassemblement de la « gauche » lors du 1er tour et « Front républicain » au second tour, pour « faire barrage » au Front National . Nous refusons que les élections régionales se résument à un choix binaire entre le Front National et un Front républicain sans contenu.

Nous pensons qu’un autre voie est possible : celle du rassemblement de toutes celles et ceux qui souhaitent une alternative démocratique, sociale et écologique. Nous sommes convaincus qu’un tel rassemblement est en mesure de remobiliser les citoyens et de construire du neuf.

Nous proposons de prendre appui sur les expériences positives des élections départementales dans l’Oise ou à Lille pour franchir une nouvelle étape dans la construction de ce rassemblement.

Le temps d’un nouveau souffle est venu. Nous proposons de sortir de la triple impasse dans laquelle est enfermé notre pays : démocratique, écologique et austéritaire.

Nous voulons rendre le pouvoir aux citoyen(ne)s : nous nous engagerons à associer les habitant-e-s à travers des assemblées citoyennes et des consultations populaires, notamment sur les grands projets d’infrastructures lancés ou soutenus par la région.

Nous voulons faire de la région un bouclier écologique et social contre les politiques d’austérité : Nous rejetons les politiques économiques qui font de l’austérité un avenir sans horizon et conduisent à l’appauvrissement d’une partie croissante de la population. La solution n’est pas dans le dogme de la croissance à tout prix, mais dans la relance d’activités socialement utiles et écologiquement soutenables. Nous nous mobiliserons aux côtés des citoyennes et des citoyens contre la baisse des dotations publiques de l’Etat.

Nous pensons qu’un programme alternatif ne suffira pas en soi à remobiliser les citoyens. Au delà du contenu programmatique, il faut donc créer les conditions de l’implication populaire : élaboration du programme et désignation des candidats dans le cadre d’assemblées citoyennes, refus du cumul des mandats sous toutes ses formes, …

Nous en appelons donc, nous citoyens, engagés ou pas, dans des associations, des syndicats ou des partis politiques à la construction de cette dynamique citoyenne.

Créer l’enthousiasme suppose de rompre avec les schémas traditionnels. Osons et inventons car, comme le disait Victor Hugo, « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue ». 

Communiqué du PARTI DE GAUCHE NORD-Second tour des départementales

Second Tour des élections départementales.

COMMUNIQUE DU PARTI DE GAUCHE NORD

Le Parti de Gauche Nord remercie les milliers d’électrices et d’électeurs qui ont apporté leur voix aux candidats soutenus par le Parti de Gauche. Dimanche prochain, les électeurs doivent rester mobilisés afin qu’aucune voix ne manque aux candidats du Front de Gauche encore en course. Au-delà des scores de l’UMP et de l’extrême-droite, le véritable vainqueur demeure l’abstention.
On observe que d’autres chemins sont possibles à gauche : le PG souligne l’importance du rassemblement FDG-EELV construit sur la métropole lilloise. En moyenne, il récolte 20% des suffrages. Ce résultat est un signal d’espoir pour toutes celles et ceux qui refusent la politique sociale-libérale développée par le PS depuis 2012.
Pour le second tour, le PS devra convaincre les électeurs de voter pour lui. Le Parti de Gauche ne se fait pas d’illusion quant à la politique développée par les futurs élus PS : ils seront les laquais des politiques d’austérité. Le PG Nord appelle à se mobiliser pour qu’aucune voix n’aille au Front National.
D’autres combats se profilent à l’horizon : la gauche solidaire et écologiste sera au rendez-vous.

Front de Gauche et EELV unis pour construire le Front du peuple, social et écologique!

Historique, inédit, une première… Les adjectifs ne manquent pas du côté des écologistes et du Front de gauche lillois pour qualifier le rassemblement des deux formations. « C’est un petit événement. Ce travail conjoint sur les départementales, c’est une première à Lille », se félicite Joseph Demeulemeester, secrétaire du PCF de Lille.

Une première mais qui se nourrit quand même d’expériences. Celles de combats menés conjointement (Sébastien Polveche, du Parti de gauche, rappelait celui de la régie de l’eau) et de l’« échec » du deuxième tour des dernières municipales lilloises (*).

« On n’y va pas pour faire de la figuration ! »

« Ce qui nous a également rapprochés, c’est la mauvaise façon dont s’est passé le deuxième tour des municipales à Lille, rappelle Dominique Plancke, porte-parole d’EELV de Lille. On a appris à plus se parler à partir de ce que je considère comme un échec. »

C’est donc fort de la leçon retenue de l’an dernier et de combats communs que Verts et Front de gauche se présenteront sous la même bannière dans quatre cantons lillois (Lille 1, 3, 4 et 5). « On n’y va pas pour faire de la figuration ! Si on additionne nos forces dans ces cantons, on est dans les deux ou trois premiers partout », assène le porte-parole des Verts.

Quant à savoir qui composera les quatuors Verts – Front de gauche dans ces autres cantons, il faudra s’armer de patience. « Les noms des candidats seront dévoilés la semaine prochaine. » La campagne pourra ensuite commencer.

(*) Au second tour des dernières municipales, Martine Aubry avait fusionné sa liste avec celle des Verts et avait écarté le Front de gauche.

Elections départementales : Manuel Valls organise le désordre public

Manuel Valls organise le désordre public

Mercredi 17 Septembre 2014 | François Cocq,Gabriel Amard

Manuel Valls vient d’annoncer que les élections départementales auraient finalement lieu au mois de mars 2015.

Voilà donc un scrutin ré-avancé après avoir été reculé et qui est désormais programmé dans tout juste 6 mois.

Manuel Valls voudrait effacer cette élection de la vie démocratique qu’il ne s’y prendrait pas autrement : une élection sur de nouvelles aires géographiques, avec un nouveau mode de scrutin, pour une collectivité dont les compétences futures n’ont pas encore été définies par le législateur, et moins de 180 jours pour impliquer les citoyennes et les citoyens.

Pour mieux rayer les départements de la carte, Manuel Valls cherche donc à se préserver de l’implication du populaire. Qu’il prenne garde : le peuple n’est pas aussi docile que les frondeurs.

Contre le GMT, le 25 mai, je vote FDG !

Mardi 20 Mai 2014 | Boris Billia

Des députés actifs au Parlement européen contre le GMT !

C’est un référendum anti-GMT Pour les prochaines élections européennes, chaque voix comptera !à l’heure où EELV, le PS, l’UMP et le FN ont déjà voté pour favoriser le GMT, le FDG est «l’assurance tout risque» contre le GMT !

Intervention de Jean-Luc Mélenchon «non au GMT» au Parlement européen (3min, janvier 2014)

Corinne Morel-Darleux et Raquel Garrido, «Le GMT contre l’écologie» (janvier 2014)

Demi-journée d’étude au Parlement européen (8 vidéos courtes, mars 2014)

Conférence de presse anti-GMT de François Delapierre et Danielle Simonnet (mai 2014)

Émission «C’est ça l’Europe ?» (TV5Monde, RTBF) avec Jean-Luc Mélenchon (23min, octobre 2013)

Des régions «hors GMT» grâce au FDG :

Plus de 17 millions de personnes hors des négociations grâce aux élus régionaux du FDG :

Dossier de Pascale Le Néouannic et Bastien Lachaud sur le vote au conseil régional d’Île-de-France «zone hors GMT» (février 2014)

François Delapierre sur l’arrêt des négociations en Île-de-France (février 2014)

Article sur le vote du conseil régional Paca «hors-GMT» (mars 2014)

La tartufferie opportuniste du FN qui se réveille au dernier moment

La mobilisation qui monte ! Solidaires douanes, Attac, Fondation Copernic, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et bien d’autres contre le GMT :

Pour Solidaires Douanes, le «TAFTA on n’en veut pas !» (brochure militante et dossier presse anti-GMT)

La Fondation Copernic sur la suppression de toutes les normes et protections

ATTAC attaquant le pouvoir des multinationales

Article de la LDH sur l’aspect antidémocratique