Archives du mot-clé grève

Licenciés pour avoir fait grève: poisson d’Avril?

Communiqué du Parti de Gauche Nord- secteur entreprises et luttes sociales

Licenciés pour avoir fait grève: poisson d’avril ?

Patrick Turpin, Sébastien Bernard et Pascal Poiret, tous trois militants CGT et salariés des Fonderies du Nord à Hazebrouck (59) ont reçu leur lettre de mise à pied. Selon leur employeur, ils ont commis une faute. Leur crime ? C’est d’avoir participé à la grève du 31 mars contre la loi El-Khomri. Les 3 camarades avaient pourtant prévenu leur employeur dans les délais prévus par la loi !

Le Parti de Gauche considère les sanctions comme une manœuvre d’intimidation patronale alors que le mouvement contre la loi «  Travail » s’amplifie partout. C’est une entrave inacceptable au droit de grève.

Le PG apporte son total soutien et son entière solidarité aux 3 salariés des Fonderies du Nord. Il dénonce la répression syndicale dont sont victimes les camarades de la CGT. Nous appelons les citoyens à se mobiliser pour affirmer publiquement leur solidarité. Un rassemblement  de soutien est organisé par la CGT : vendredi 8 avril de 9h à 12h devant les Fonderies du Nord à Hazebrouck  (59190), 89 rue de Merville.

Pour le Parti de Gauche Nord,

Julien Poix, secteur entreprises et luttes sociales

Jocelyne Dubois et Ugo Bernalicis, co-secrétaires départementaux du Parti de Gauche

25386676043_542419207d

photo: La Voix du Nord

Tous unis avec les Vallourec

pg nord

Communiqué du Parti de Gauche Nord

TOUS UNIS AVEC LES SALARIES DE VALLOUREC

La nouvelle est tombée : L’entreprise Vallourec vient d’annoncer la suppression de 1000 postes et la fermeture de deux sites de production. Depuis plusieurs mois, les tuberies et aciéries du Hainaut se retrouvent mis en concurrence avec des sites allemands au sein même de l’entreprise Vallourec.
Pourtant les savoirs-faire des ouvriers et les machines actuelles permettent aux sites français d’être à la pointe. Une fois de plus, dans un bassin gravement touché par le chômage, on va broyer les hommes et leurs emplois sur l’autel du profit, de la « rentabilité », de la « compétitivité ».
Le Parti de Gauche apporte aujourd’hui comme hier son total soutien à la lutte des Vallourec de Saint-Saulve et d’Aulnoye-Aymeries. Le Parti de Gauche dénonce l’hypocrisie du gouvernent Valls-Macron et appelle tous les citoyens du Valenciennois à rejoindre les salariés en lutte. C’est l’avenir de tout un territoire et la diversité de son tissu économique qui sont en jeu.
Nous appelons les pouvoirs publics au volontarisme politique pour assurer la survie de l’entreprise. Au-delà des effets d’annonce et du barnum médiatique de la dernière visite de Macron, les travailleurs demandent du concret : des mesures de protectionnisme social et environnemental, la sauvegarde de l’appareil de production, la sanctuarisation des brevets. L’Etat doit redevenir stratège dans l’industrie. Nous appelons à des assises de l’industrie et de la planification. Celle–ci doit se faire dans un cadre replaçant au centre du débat, l’homme et son environnement.
Ugo Bernalicis, Jocelyne Dubois co-secrétaires départementaux du PG Nord
Julien Poix, responsable départemental du secteur entreprises et luttes sociales
Françoise Dupont, co-secrétaire du comité PG Valenciennois-Georges Maréchal

EU_PGNord

BUFFALO GRILL VILLENEUVE D’ASQ: LE PG SOUTIENT LES SALARIES EN LUTTE

Il y a quelques jours, une délégation du PG Villeneuve d’Ascq a rencontré les salariés du Buffalo Grille de la Cousinerie en lutte pour leurs conditions de travail.

Communiqué du PG

A BUFFALO GRILL VILLENEUVE D’ASCQ LES PERSONNELS VOIENT LEURS DROITS DE TRAVAILLEURS BAFOUES PAR UNE INSTITUTION QUI DEVRAIT AU CONTRAIRE LES PROTÉGER.
APRÈS AVOIR DÉNONCÉ A LA DIRECTION LES AGISSEMENTS ABUSIFS D’UN MAITRE DE SALLE QUI EST LEUR AUTORITÉ HIÉRARCHIQUE, ILS SE RETROUVENT DANS L’OBLIGATION DE CONTINUER A TRAVAILLER SOUS CETTE AUTORITÉ SANS AUCUNE MÉDIATION DE LA DIRECTION
L’INSPECTION DU TRAVAIL EN BONNE PROCÉDURIÈRE DEVIENDRAIT-ELLE UNE ORGANISATION INHUMAINE SERVANT FINALEMENT LES INTÉRÊTS D’UN GROUPE QUI N’EST PAS MÉCONTENT DE CETTE SITUATION: ELLE LUI PERMETTRA DE FERMER CET ÉTABLISSEMENT DEVANT LA CHUTE SIGNIFICATIVE DE FRÉQUENTATION ET DE RECETTES ;
LE PG APPELLE L’INSPECTION DU TRAVAIL POUR QU’ELLE SE PENCHE PLUS PRÉCISÉMENT SUR CE DOSSIER POUR PERMETTRE UNE PLUS JUSTE APPRÉCIATION DE LA SITUATION.

Rassemblement su siège social de Buffalo Grill à Afrainville, le 25 juin.

Les cheminots qui luttent aujourd’hui le font pour l’intérêt général

Les cheminots qui luttent aujourd’hui le font pour l’intérêt général

Jeudi 12 Juin 2014 | Martine Billard, Co-Présidente du Parti de Gauche

20130623_RailSNCF_0001.jpgCrédit photo photosdegauche.fr (michel_soudais)

Dans les mois qui viennent, le Parlement européen devrait se prononcer sur le 4ème paquet ferroviaire portant sur l’obligation d’ouverture à la concurrence du transport de voyageurs de proximité. Bien évidemment, les libéraux le présentent sous de belles couleurs : « Le 4ème paquet ferroviaire vise à améliorer la qualité des services de transport ferroviaire des passagers » mais sans pouvoir cacher l’objectif : « permettre aux nouveaux opérateurs d’obtenir des contrats de services publics ». Le gouvernement de M. Valls a décidé d’anticiper, comme le reconnaît Gilles Savary, député PS rapporteur d’un projet de loi identique au système européen proposé. On apprend au détour des débats que « la part du chiffre d’affaires de la SNCF correspondant au service public ne dépasse plus 20 % ». Pas étonnant lorsqu’on découvre que la filiale publique Fret SNCF a perdu quasiment 50 % de son chiffre d’affaires pendant qu’une filiale privée est en pleine croissance ! C’est bien là tout le tour de passe passe de cette réforme : transférer le maximum d’activités rentables à des filiales privées et essayer de transférer les « charges » de service public aux régions.
Ainsi la restructuration en 3 sociétés, sous le statut d’EPIC (établissement public industriel et commercial), préfigure l’apparition aux côtés de « la SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités [qui] constituent un groupe public ferroviaire appartenant au système de transport ferroviaire national » d’autres sociétés qui seront privées. Tout est fait pour préparer cette concurrence, jusqu’au statut des salariés. Ainsi « La SNCF, SNCF Réseau et SNCF Mobilités [pourront] également employer des salariés sous le régime des conventions collectives. ». Pour les personnels qui resteront sous statut, « une convention de branche peut compléter les dispositions statutaires ou en déterminer les modalités d’application dans les limites fixées par le statut particulier. » Par ailleurs le temps de travail sera défini par décret.

C’est donc bien du démantèlement du statut des cheminots dont il est question. Cela reproduit l’évolution de la Poste où tous les recrutements se font maintenant sous contrat de droit privé avec toutes les dérives connues de l’intérim et des CDD à répétition. Voilà pourquoi aujourd’hui les cheminots sont en grève, mais aucun média ne vous a expliqué pourquoi. Le FN a lui montré son vrai visage en accusant les syndicats de complicité dans la situation dégradée de la SNCF ! Seule une entreprise publique du rail peut maintenir et développer un réseau ferroviaire permettant de répondre aux besoins d’aménagement du territoire dans le respect de l’égalité d’accès et dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Le Parti de Gauche soutient totalement la grève appelée par les syndicats pour la défense du service public contre la concurrence synonyme de service plus cher, de moindre qualité, moins respectueux de la sécurité, avec de moins bonnes conditions de travail et de moins bons salaires pour les cheminots.

SNCF : une grève pour l’intérêt général

SNCF : une grève pour l’intérêt général

Mardi 10 Juin 2014 / Le Parti de Gauche – Laurence Pache, Secrétaire nationale à l’aménagement territorial

Les cheminots sont en grève à partir de mardi 10 au soir contre le projet de loi ferroviaire. C’est une grève d’intérêt général, pour la préservation du dernier grand service public français.

Contre les explications fumeuses du ministre Cuvillier qui présente tout à la fois cette réforme comme eurocompatible et 100% publique, il convient de dire avec les cheminots qu’elle ne fait qu’entériner la séparation RFF-SNCF au lieu de les réunifier.

Ne nous laissons pas abuser par les mots ! Créer une entité de plus qui chapeautera les deux autres, et appeler toutes ces entités SNCF n’est qu’un tour de passe passe sémantique pour masquer le maintien de la séparation du gestionnaire de l’infrastructure et de l’exploitant ferroviaire. C’est accepter et accentuer une séparation qui n’a qu’une seule finalité : préparer l’ouverture à la concurrence du rail, et son corrolaire, la mise en concurrence des salarié(e)s du secteur.

Cette grève est essentielle : se joue ici le dernier acte du détricotage des services publics.
Après la Poste, France Télécom, EDF, GDF, c’est la SNCF qui s’apprête à passer au laminoir de l’obsession bruxelloise de la concurrence et de la marchandisation.
La conséquence en sera inévitablement l’inégalité de traitement, la concurrence accélée du transport routier, comme cela a été le cas pour le fret ferroviaire déjà ouvert à la concurrence. Que le service public ferroviaire puisse avoir pour finalité un aménagement du territoire répondant aux besoins sociaux et aux nécessités écologiques dont la lutte contre le réchauffement climatique voilà quelque chose que les idéologues de Bruxelles ne peuvent comprendre. Pour eux, seule la rentabilité financière compte !

Parce que le service public est garant de l’égalité des citoyens, parce qu’il est le bien commun de tous, les cheminots qui se battent aujourd’hui pour lui se battent aussi pour tous.

Le Parti de Gauche soutient cette grève et exige le retrait du projet de loi Cuvillier, la réunification réelle de la SNCF, la désobéissance de la France aux paquets ferroviaires déjà votés, ainsi que l’abandon du 4e paquet qui doit ouvrir le transport de voyageurs à la concurrence et qui est en cours d’examen au Parlement Européen.

Tract du Parti de Gauche en soutien à la grève des cheminots :