Archives du mot-clé lille

Festimeeting – Front de Gauche de Lille

Le Front de Gauche de Lille organise son Festimeeting, dernier grand meeting avant le premier tour des municipales 2014 sur Lille.

 

 

Mercredi 19 mars – 18h30
au Gymnase – 7, place Sébastopol à Lille
avec la présence de Hugo Vandamme et les candidats de la liste
Concert : Jef Kino, Lénine Renaud, Loïc Lantoine, Père et Fils et Teatro Deï

 

Le Front de gauche (LILLE) présente une liste « contre l’austérité et pour la défense du service public »

 

Le Front de gauche présente une liste « contre l’austérité et pour la défense du service public »

Publié le 15/02/2014
Par LAKHDAR BELAÏD, photo PIERRE LE MASSON
L’équipe rassemblée derrière Hugo Vandamme est composée pour un quart de personnalités non affiliées à un parti politique, mais issues du tissu associatif militant ou encore du milieu syndical. « Nous sommes issus du monde du travail », résume la tête de liste.
D’abord, il y a eu le petit au revoir et l’hommage rapide (voire furtif) à Michelle Demessine. L’adjointe au maire sortante aux sports ne se représentera pas devant les électeurs le mois prochain. La sénatrice communiste ne figurera donc pas sur cette liste du Front de gauche dont elle ne voulait pas, préférant un accord dès le premier tour avec Martine Aubry. Au revoir Michelle, bonjour cette équipe rassemblée derrière Hugo Vandamme, 34 ans, également élu sortant. Une liste composée pour un quart de personnalités non affiliées à un parti politique, mais issues du tissu associatif militant ou encore du milieu syndical. « Nous sommes issus du monde du travail, résume la tête de liste. Des secteurs public et privé, avec de grosses responsabilités en entreprise. Il y a également des victimes de la précarité ou du chômage. Notre liste est à l’image de Lille. »
« Nous voulons rendre la ville moins chère, revendique Hugo Vandamme. Cela passe par le développement de la gratuité dans certains domaines. » Sur la liste des candidats, derrière le principe « À Lille, l’humain d’abord ! », les premiers mètres cubes d’eau, ou encore, à terme, les transports publics gratuits pour tous. « Nous sommes opposés aux délégations de service public accordées à des groupes privés », précise une membre de la liste. Tout un programme dans une métropole où l’eau et les transports publics sont en DSP. « Sur la liste, nous avons également un syndicaliste de chez EDF, reprend Hugo Vandamme. La question de l’accès à l’énergie pour tous est centrale. » Parmi les publics visés, « ceux à qui on ne demande jamais leur avis ». Depuis un an, le Front de gauche multiplie les réunions, ses « assemblées citoyennes », dans les différents quartiers de Lille.

Culture et résistances

Le symbole est voulu. En queue de liste, Michel Defrance, 89 ans, est un ancien résistant, capitaine des Francs Tireurs Partisans (FTP). L’homme se veut notamment garant du programme du Conseil national de la Résistance qui a, entre autres, conduit à la création de la Sécurité sociale. Adjoint au maire à Hellemmes, Roger Maly tient, pour sa part, tête à l’implantation d’une antenne 4G. Michel Ascher, installé à Saint-Maurice-Pellevoisin, a été le premier enseignant à renvoyer ses Palmes académiques pour protester contre les économies dans l’Éducation nationale appliquées par Nicolas Sarkozy. Le milieu de la culture est également largement représenté. Avec notamment la dessinatrice de BD Sylvie Vidal. Ou encore le romancier Jérôme Leroy, auteur, entre autres, de la Série noire chez Gallimard. « Je recommande Le Bloc, sourit Hugo Vandamme. Un voyage en extrême droite. » Quelques hommes de médias également, comme Philippe Chatelain et Gilles Balbastre. Les candidats ont de 23 à 89 ans. Soit une moyenne d’âge de « 46 ans et sept mois ». Précis.

Lille : le Front de gauche lance « trois nouveaux outils » dans la campagne

Lille : le Front de gauche lance « trois nouveaux outils » dans la campagne

<br />
Sylviane Delacroix, Hugo Vandamme, Sébastien Polvèche<br />
: retour des régies municipales... Photo Pierre Le Masson<br />
VDN
Sylviane Delacroix, Hugo Vandamme, Sébastien Polvèche : retour des régies municipales… Photo Pierre Le Masson

Le Front de gauche, liste L’Humain d’abord, décline son programme ; prône sans surprise le retour vers les régies municipales et s’offre le luxe d’annoncer une nouveauté : une agence locale pour la création d’activités.

Par quoi commencer ? Au mépris de la chronologie du point presse, par l’annonce de « trois nouveaux outils » lancés par le Front de gauche dans le débat des municipales. Le premier concerne la naissance d’une agence locale pour la création d’activités. « Le cadre public a également à agir sur l’emploi », précise Hugo Vandamme, tête de liste L’Humain d’abord. Ce service intégré à la Maison de l’emploi permettrait à travers le prisme d’une observation fine de mettre en adéquation besoins et compétences locales. « Cela n’existe nulle part ailleurs. » Un cadre juridique s’appuyant sur l’économie sociale et solidaire offrirait des statuts pérennes aux petits entrepreneurs susceptibles de se lancer dans la production. « Exemple, on parle de récupérateurs d’eau mais personne ne les construit dans la région. » Des fabricants et autant d’emplois à la clé.

Régies municipales

Les conseils de quartier, sur les bases de la démocratie participative, pourraient également faire émerger les demandes. « C’est toujours mieux que de rester dans l’attente d’un hypothétique investisseur », poursuit Hugo Vandamme, plus enclin à prendre les devants. Il sera rejoint dans son discours par Sébastien Polvèche qui, sur le constat d’une métropole à « dimension agricole affirmée », milite pour la création d’un service dédié à l’agriculture urbaine, fruit d’une régie de production agricole. L’occasion « d’approvisionner en bio toutes les cantines scolaires, sans que cela coûte plus. Ce qui n’est pas le cas actuellement ». Enfin, avec les espaces de logistique urbains, c’est la question des transports de marchandises qui se pose. « On privilégie le fer, le fleuve et la route. On entrepose les marchandises dans du patrimoine que l’on détient (parfois) déjà et on organise des distributions de proximité. » Il paraît qu’en plus, c’est bon pour l’environnement.

Pour le reste, le Front de gauche oppose sans surprise les services publics à la finance. Un combat qui se gagne à coups « de régies municipales ». « Pour l’eau », comme le souligne Sylviane Delacroix « bien inaliénable » dont « les premiers mètres cubes seront gratuits par nécessité, avec un tarif croissant ensuite pour éviter le gaspillage. » Pour les transports, « gratuits pour les scolaires, les allocataires du RSA et ensuite pour tous ». Pour la gestion des déchets ménagers, pour le stationnement… La régie offre, quel que soit son objet, « la garantie d’une gestion plus efficace et moins opaque. » Cette approche a pourtant un coût. « Des moyens peuvent être trouvés dans le rééquilibrage des taux du foncier et du foncier non bâti par rapport à la taxe d’habitation… » Bien vu, Lille compte « 70 % de locataires ».

PATRICK SEGHI

Appel : Les reniements ça suffit !

Les élus, le Gouvernement, doivent agir sans délai !

expulsez vos préjugés pas les familles

Depuis le 28 octobre, 120 Roms dont cinquante enfants et nourrissons sont accueillis à la Bourse du travail de Lille, dans les conditions les plus précaires et insupportables, suite à une honteuse expulsion sans solution de logement, du parking P4 de l’université de Villeneuve d’Ascq.

Nous le disons clairement les droits fondamentaux : droit à la dignité humaine, droits de l’enfant, interdiction des discriminations, droit à la santé et à l’éducation, etc.. inclus dans les traités internationaux, directives européennes, préambule de la constitution de 1946 devenue le préambule de la constitution de 1958, le code de l’enfance et de la famille, ont été violés.

La circulaire interministérielle du 26 août 2012, indique que les évacuations ne sauraient avoir lieu sans recherche préalable de solutions d’hébergement, sans concertation avec les associations, ni établissement d’un diagnostic social et sanitaire de la situation individuelle des personnes concernées.
Rien de tout cela n’a été fait.

Les populations ROMS sont les otages d’une politique répressive et discriminatoire qui leur dénie les
droits des citoyens européens. Nous ne pouvons qu’être révoltés devant «inhumanité d’Etat»
froidement programmée et politiquement assumée. Nous ne pouvons tolérer cet épisode de plus parmi
les dizaines d’évacuations répétées réalisées ces derniers mois, qui enfoncent à chaque fois dans plus de
pauvreté, plus de précarité, plus de misère ces migrants européens comme tant d’autres migrants.

Les syndicats de la Bourse du Travail sont les otages du pouvoir politique et des élus locaux qui jusqu’à ce jour refusent de proposer une issue et recherchent la paralysie de l’action syndicale. Nous nous insurgeons contre l’immobilisme des élus et du gouvernement et exigeons une solution immédiate
humaine et digne.

Cela passe par le règlement immédiat de la crise humanitaire qui se noue à la bourse du travail de Lille par une proposition alternative mise en œuvre par les pouvoir publics.

Au-delà cela nécessite un moratoire de toutes les expulsions et une conférence permanente incluant les pouvoirs publics et l’ensemble des organisations et associations qui agissent quotidiennement avec et pour la sauvegarde de la dignité, l’insertion des ROMS, l’éducation de leurs enfants, la préservation de leur santé.

C’est à la misère croissante, à la pauvreté de masse, à une austérité sans rivage, qu’il faut s’attaquer. Ce sont les droits sociaux de tous les humains quelle que soit leur origine, leur dignité, qu’il faut respecter.

Céder devant ces principes c’est donner le feu vert à la xénophobie, au racisme et à une extrême droite qui a déjà réussi à banaliser l’inconcevable.

Lille le 9 novembre 2013

Premiers signataires : Vincent Delbar, Didier Costenoble, Vladimir Nieddu,

Organisations signataires : UD CGT Nord, FSU 59/62, SOLIDAIRE 59/62

Lancement de la campagne municipale du FDG à Lille

NORD ECLAIR | 09/11/2013

 

http://www.lavoixdunord.fr/sites/default/files/articles/ophotos/20131109/273735254_B971378332Z.1_20131109210454_000_G8L1G9B2U.1-0.jpg

Inébranlable. Le Front de Gauche a officialisé, ce samedi, sa candidature aux municipales 2014. Son nom  : «  À Lille, l’humain d’abord.  »

 

«  Ici, le Front de gauche est identifié, il est essentiel, décrit la tête de liste, le conseiller municipal Hugo Vandamme, 33 ans. Notre pari est que c’est un élément fédérateur de la gauche.  » Une voix qui a, selon lui, toute sa place au premier tour des élections municipales. N’en déplaise aux socialistes, qui s’échinent à ramener l’allié communiste dans son giron. La pression a franchi un cap vendredi avec la sortie fracassante de Gilles Pargneaux.

« Contre l’abstention et l’extrême-droite »

«  La seule question qui vaille, c’est Comment être utile aux Lillois ? , réplique Joseph Demeulemeester, le secrétaire de la section de Lille du PCF. Si la réponse des socialistes à ça, c’est la pression et les représailles, alors on quitte la sphère du débat politique pour autre chose.  » Lui voit au contraire, dans cette offre politique «  alternative  », le plus sûr moyen «  de combattre l’abstention et de faire barrage à l’extrême-droite  ».

Les communistes lillois iront donc jusqu’au bout, avec leurs camarades du Parti de gauche, de la Gauche unitaire et des luttes syndicales. Mais sans Michelle Demessine. L’adjointe au maire PCF brille par son absence, hier, dans le café fivois choisi pour la conférence de presse. «  Elle s’exprimera en temps voulu  », élude Joseph Demeulemeester en réponse à une question sur la sénatrice, dont la préférence va notoirement à une union avec le PS.

« On prend un risque »

«  On prend un risque, concède Hugo Vandamme, mais le jeu en vaut la chandelle.  » L’ancienne conseillère régionale Gabriella Marongiu renchérit : «  Que veut-on, peser sur le débat d’idées ou garder quelques élus ?  » La jeune femme figure dans la quinzaine de noms révélés hier, et qui ressemblent fort à un début de liste. Le programme, lui, va continuer à être affiné, tel un bon fromage, au travers des assemblées citoyennes initiés depuis plusieurs mois déjà.

Mais déjà Hugo Vandamme tient à en tracer les lignes de force : défense du service public, réponse aux «  besoins essentiels des Lillois  », implication des habitants. Des thèmes qui se déclinent, concrètement, par le choix de la régie publique pour les transports en commun ou la distribution d’eau, la lutte contre la spéculation immobilière et pour la production de logements sociaux, le soutien aux associations, la stabilisation des tarifs municipaux (cantines, musées, crèches…) ou une démocratie participative régénérée.

Autant de sujets sur lesquels «  le Front de gauche propose une alternative claire  », ajoute Sébastien Polvèche, du Parti de Gauche. Joseph Demeulemeester enfonce le clou : en mars, les Lillois auront à choisir entre «  la déclinaison locale d’une politique nationale d’austérité ou une ville qui se bat pour une politique sociale ambitieuse  ».

Manifestaton « La Redoute » à Lille

De Laurence Sauvage, Secrétaire Nationale en charge des luttes sociales et responsable du Front des Luttes

Ce matin a Lille, plus de 2000 manifestants pour soutenir les salarié-es de « La Redoute ».

L’intersyndicale composée de la CGT, SUD SOLIDAIRE, CFDT, CFE-CGC partie de la gare Lille Flandres était suivie par des milliers de manifestants pour se retrouver Grand place en centre ville.

 

De Mulliez a Pinault, qui se servent des salarié-es comme variable d’ajustement pour continuer a remplir les portefeuilles déjà biens bedonnants de leurs actionnaires, du renoncement honteux de l’etat, d’Arnaud Montebourg et de Michel Sapin, les salarié-es clamaient haut et fort que rien n’est fait pour sauvegarder les usines, l’industrie, l’économie française. Que pôle emploi était la seule porte de sortie que leur proposait le gouvernement mais qu’ils n’auraient de cesse de lui rappeler ses promesses de campagne.

Hollande doit prendre ses responsabilités de Président et exiger de son gouvernement la Loi contre les licenciements boursiers et injustes.

Il doit exiger de son gouvernement une Loi donnant de nouveaux droits aux salarié-es dans la stratégie économique de leur entreprise.
Un droit de regard et un droit de veto afin de mettre fin a cette hécatombe sociale dans des bassins d’emplois déjà bien sinistrés.

Hollande doit enfin démontrer, avec son gouvernement, qu’il est capable d’etre Président.

Aujourd’hui, les salarié-es de « La Redoute » ne redoutent rien.
Ce ne sont pas des « bonnets rouges », mais les drapeaux, les casquettes et les bannières dont ils portent la couleur font que leurs combats sont aussi les nôtres.

 

Rejoints sur la manif par les Roms, femmes, hommes et enfants, habillé-es de blousons blancs, au cri de « tous ensemble », cet instant de solidarité aura été un grand moment d’émotions et de convergence des luttes.

Ils lâchent rien. Nous non plus.

 

Lien vers l’album photo Facebook

École, Enseignement : pour une dynamique lilloise ! Assemblée citoyenne du Front de Gauche

Ecole, Enseignement : pour une dynamique lilloise !

 

Assemblée citoyenne du Front de Gauche

Mardi 12 novembre 2013

De 18h30 à 21h30

Salle des fêtes de Fives

91 rue de Lannoy à Lille

Métro Ligne 1 Station Fives

Rencontre participative : « les experts, c’est vous ! »

L’école est un enjeu essentiel pour l’avenir de nos enfants. Dans notre ville caractérisée par des inégalités sociales criantes, elle se doit d’être d’abord au service de l’enfant qui n’a que l’école pour apprendre.

L’accélération du temps d’apprentissage a eu des conséquences catastrophiques sur l’appropriation des savoirs par les enfants les moins préparés tandis que les exigences scolaires n’ont cessé de croître.

La question du rythme de la semaine et des rythmes scolaires reste posée : elle est importante.

D’autres questions méritent aussi toute notre attention: celle des conditions d’accueil dans nos écoles, de l’accompagnement scolaire et celle tout aussi essentielle des tarifications, de la gratuité de l’école et de la restauration scolaire.

Parce que nous sommes attachés à ce que les enseignants puissent travailler dans les meilleures conditions humaines et matérielles et à ce que nos 107 écoles puissent accueillir dans les meilleures conditions les enfants et les parents, nous vous invitons débattre et à construire.

C’est pourquoi, le Front de Gauche de Lille vous propose, le mardi 12 novembre, une rencontre participative pour que vos propositions puissent être entendues et prises en compte.

Citoyen-nes, curieux-ses, militant-es, syndicalistes, bénévoles…. construisons ensemble une nouvelle dynamique locale de développement de l’enseignement et de l’école.

Contact : front degauchelille@gmail.com

URL : Evenement FACEBOOK

Vers une liste Front de Gauche à Lille ?

VOIX DU NORD | Publié le 23/10/2013 | Par ST. F.

 

Selon le chef de file du Parti de Gauche (PG) lillois pour les municipales Sébastien Polveche, un liste Front de gauche pourrait bientôt voir le jour.

En désignant un nouveau chef de file, Hugo Vandamme, très éloigné de Michelle Demessinedans le style, et moins proche qu’elle de Martine Aubry, les communistes lillois faisaient déjà un sérieux pas de côté vis-à-vis du PS. Sans vouloir se positionner définitivement pour une liste autonome au premier tour, le PC lillois déclarait que faire cause commune avec les socialistes n’était « pas une évidence ». À écouter aujourd’hui le chef de file du Parti de Gauche (PG) lillois pour les municipales, Sébastien Polveche, c’est bien une liste Front de gauche qui pourrait bientôt voir le jour. PC et PG sont sur les mêmes actions, les mêmes idées de résistance « anti-austérité ». « Nous avons un programme à défendre, et nous le construisons ensemble. Pas seulement via des discussions mais aussi par des actions de terrain. » Il cite la campagne sur les transports publics, sur la régie publique de l’eau.

Contre-exemple parisien

« Le contexte lillois est bien différent du contexte parisien », prévient Sébastien Polveche. Ce qui s’est passé à Paris ce week-end, où le vote des militants conduit le PC à rejoindre le PS au premier tour, est un scénario qui n’est pas appelé à se produire ici. Le chef de file lillois du PG est aussi secrétaire du comité PG de Lille Métropole : « À Roubaix, les discussions sont engagées avec le PC ; à Wattrelos, l’appel à l’union PC-PG est lancé, rappelle-t-il. Et à Lille, les discussions sont aussi très avancées. » Exit donc le contre-exemple parisien. Dans la ligne de Jean-Luc Mélenchon, Sébastien Polveche prône « l’unité » du Front de gauche : « C’est dans notre intérêt de défendre un certain nombre d’idées. Nous voulons créer les conditions politiques pour qu’une liste unitaire soit déposée et pour que l’on puisse l’ouvrir à la société civile et aux militants écolos. Nous voulons être au premier tour des municipales. Le deuxième, ce seront les élections européennes. Là, nous voulons passer devant le PS. »

Le PC lillois n’a peut-être pas les mêmes certitudes, au regard des négociations en cours avec Gilles Pargneaux, premier secrétaire fédéral du PS. Sur la table, les municipales, mais aussi les cantonales. Cantons qui font l’objet d’un redécoupage et qui impliquent qu’un duo homme-femme soit élu… Et si le PC obtenait des garanties de représentativité et se ralliait finalement au PS dès le premier tour ? « Vu mes discussions avec le PC, ça m’étonnerait, ce n’est pas une question de postes, ce sont des idées à défendre, tranche S. Polveche. Ce ne serait pas compris. L’envie de la base, c’est d’y aller, de défendre les couleurs du Front de gauche. »