Archives du mot-clé palestine

Le Parti de Gauche-Front de Gauche propose une rue Arafat-Rabin à Wattrelos

Le PG propose une rue Arafat-Rabin à Wattrelos

Publicités

L’engagement n°59 se meurt et Jaurès doit se retourner dans sa tombe

L’engagement n°59 se meurt et Jaurès doit se retourner dans sa tombe

Adrien Quatennens – Lundi 28 Juillet 2014

Jamais qu’un reniement de plus

Ne faîtes pas semblant d’être surpris ! Ce n’est qu’un reniement de plus. François Hollande, quand il s’engage à ne pas augmenter l’âge de départ à la retraite l’augmente, de fait, par l’allongement de la durée de cotisation. François Hollande, quand il s’engage à renégocier le Traité européen sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance, ne le fait pas et s’aligne sur les politiques insufflées par la Commission Européenne pour garder son diplôme de bon élève de la classe Europe.  Par conséquent, ne nous étonnons pas si, François Hollande quand il s’engage à prendre « des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine » et à soutenir «la reconnaissance internationale de l’État palestinien » laisse en fait le gouvernement Valls s’abstenir de condamner l’intervention israélienne à Gaza alors que les Nations Unies n’hésitent pas à le faire.

Cet engagement était le 59ème d’une liste de 60 que nous avions reçue dans nos boîtes aux lettres en Avril-Mai 2012.

Ainsi, sans doute, pour François Hollande et le gouvernement Valls,  interdire des manifestations qui exigent la fin de l’intervention militaire et d’un massacre, c’est prendre « des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine » et soutenir « la reconnaissance internationale de l’Etat palestinien ». On apprécie l’originalité de la méthode.

Alors bien sûr, les projecteurs du grand spectacle médiatico-permanent n’ont rien trouvé de mieux à faire que de zoomer bien fort sur les actes de violence commis en marge de ces manifestations. Ces actes sont, certes, intolérables. Pour autant, le traitement médiatique de l’intervention militaire à Gaza laisse franchement à désirer.

Que croit faire de bon le gouvernement quand il interdit les manifestations, empêchant les citoyens d’exercer leur liberté d’expression ?

Voyons plutôt, la discipline et l’ordre des manifestations pacifiques autorisées et organisées. Elles n’ont qu’un seul mot d’ordre : Ca suffit ! Ca suffit les massacres ! Ca suffit la guerre ! Elles n’ont qu’un seul objectif : La paix !

Par les temps qui courent, dans le contexte géopolitique actuel, la recherche de paix dans le Monde demeure une priorité.

Jaurès doit se retourner dans sa tombe

La paix, il en est un auquel on pense en cette semaine de fin Juillet, qui s’est battu pendant les dix dernières années de sa vie pour qu’elle se maintienne. Il fût assassiné. La guerre ne fût point évitée.

Jean Jaurès, dont on commémore cette semaine le centenaire de sa mort, aurait bien à dire dans le contexte guerrier actuel.

De même, Jaurès doit se retourner dans sa tombe en entendant l’usage qui est fait de son nom. Hollande a ouvert la Valls il y a quelques mois en s’autoproclamant « successeur de Jaurès ». Manuel l’a depuis continuée en réutilisant le nom de Jaurès pour parler de son pacte de responsabilité.

Jaurès luttait pour un Socialisme abouti, il a obtenu il y a plus d’un siècle la loi fixant à 65 ans l’âge de départ à la retraite. Comment peut-on oser prétendre être son successeur quand on allonge l’âge de départ à la retraite à 66 ans un siècle plus tard ?!

Jaurès était un homme politique de Gauche, un vrai !

Il n’aurait sans doute pas toléré le quart de ce que fait le gouvernement actuel qui, sous une étiquette socialiste qui ne colle même plus, n’hésite parfois pas à faire pire que le gouvernement qui l’a précédé.

Il n’y a pas qu’au PS qu’on cite Jaurès. Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen l’ont aussi largement cité dans leurs meetings.

Si Jaurès les entendait, que dirait-il ?

A défaut de pouvoir l’entendre dire ce qu’il en dirait, souvenons plutôt de ce qu’il disait vraiment et, par exemple :

« Le Capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage »