Archives du mot-clé parti de gauche nord

PSA Valenciennes: stop à la répression contre les syndicats!

Communiqué du Parti de Gauche Nord- secteur entreprises et luttes sociales

PSA VALENCIENNES : L’ACHARNEMENT CONTRE LES SYNDICATS CONTINUE !

 

Et ça continue ! Il ne se passe pas une semaine sans que les syndicalistes soient attaqués et trainés dans la boue. Après les « 8 de Goodyear » convoqués devant la justice à Amiens, la répression à l’encontre des syndicats connait un nouvel épisode dans le Nord, sur le site valenciennois du groupe PSA.

Lionel et Jonathan, délégués syndicaux CGT sont mis à pied à titre sans traitement par leur direction. Que leur est-il reproché cette fois ? De quel crime terrible sont-ils responsables ? La direction les accable : «  menaces, violence, séquestration sur la personne d’un chef d’équipe ». Les deux syndicalistes nient en bloc : leur faute est d’avoir voulu aider un collègue qui rencontrait un problème sur sa fiche de paie ! La direction de PSA semble habituée à ce genre de manœuvres : l’année dernière c’est Dominique Danquois, électricien, qui avait été accusé d’un vol de joint !

Le Parti de Gauche apporte son soutien à Lionel Fièvez et Jonathan Parent. Nous demandons la levée immédiate de la mise à pied et l’arrêt de la procédure de licenciement.

psa.jpg

Le Parti de Gauche qui soutient la France Insoumise et son candidat Jean-Luc Mélenchon s’engage à une amnistie totale des syndicalistes poursuivis et mis en cause par leur direction. On n’est pas un criminel lorsque l’on défend les droits de ses camarades de travail. On n’est pas un criminel lorsque l’on se bat pour la dignité et le respect de chacun dans l’entreprise.

Nous proposons enfin de renforcer le pouvoir d’intervention des salariés et de leurs représentants dans les instances exécutives des entreprises. Par ailleurs, au sein de l’entreprise, c’est la loi et non pas l’accord « coutumier » qui doit primer. Pour aider les syndicalistes dans leur lutte il faut également lancer un important plan de recrutement d’inspecteurs du travail : Ils doivent être les garants d’un code du travail pleinement restauré.

Julien Poix, responsable départemental du secteur entreprises et luttes sociales du Parti de Gauche Nord, engagé dans la France Insoumise

Françoise Dupont-Cunin, co-secrétaire du Parti de Gauche Valenciennois-Avesnois, engagée dans la France Insoumise.

Ugo Bernalicis, co-secrétaire du PG Nord, engagé dans la France Insoumise

Adrien Quatennens, conseiller national du Parti de Gauche, engagé dans la France Insoumise.

Christine Le Coent, responsable départementale du secteur luttes écologiques, engagée dans la France Insoumise

jlm

Toutes les chemises arrachées se valent-elles?

Question au gouvernement : Toutes les chemises arrachées se valent-elles ?

Communiqué du Parti de Gauche Nord et Lille Métropole

Ce Lundi 4 Juillet 2016, en pleine période de mobilisation contre la Loi Travail, se tenait à Lille une nouvelle réunion de « Hé Oh La Gauche ! », à l’initiative du ministre Stéphane Le Foll en soutien à la politique de François Hollande et son bilan. Sous haute protection policière, ce meeting n’était pas accessible aux militants, fussent-ils tous bien de Gauche, venus manifester aux abords de la salle.

Notre camarade, Julien POIX, responsable départemental du Secteur Entreprises et Luttes Sociales et Ecologiques du Parti de Gauche a pu entrer dans la salle sans difficulté.

Quelques minutes après le début de cette mascarade gouvernementale, Julien s’est levé et a brandi une affichette où on pouvait lire « 49-3 ». Décidé à rester debout et à poser une question malgré les invitations à se rassoir, Julien s’est vu indiqué la sortie. Il s’est alors muni d’un sifflet et s’est fait vigoureusement éjecté de la salle par le service d’ordre de l’organisation qui lui a, au passage, arraché la chemise !

photo 3
La démocratie selon le gouvernement: un militant PS tournant le dos à un citoyen. Photo: Julien Pitinome.

Résumons : Un vrai militant et responsable local de Gauche éjecté par le service d’ordre de « Hé Oh La Gauche » et une chemise arrachée ! On se souvient du vacarme d’indignation au gouvernement et dans les médias qu’avait produit la chemise arrachée d’un DRH de AirFrance. D’où notre question au gouvernement : Toutes les chemises arrachées se valent-elles ? « Hé Oh La Gauche » n’est décidément rien d’autre qu’une  piètre comédie burlesque et il est grand temps que ce gouvernement quitte la scène !

Pour le Parti de Gauche (PG),

Jocelyne DUBOIS et Ugo BERNALICIS,

Co-secrétaires du PG Nord

Christine MACHURON et Adrien QUATENNENS,

Co-secrétaires du PG Lille Métropole

photo 1.jpg
Ejecté par le service d’ordre du PS. Les questions posées aux ministres restent sans réponses. Photo: Julien Pitinome

pho

Les locataires Partenord demandent de la transparence!

Communiqué de presse de soutien à l’Association départementale des locataires Partenord

 

Les locataires Partenord demandent de la transparence !

Claude Dhaudt est locataire du bailleur social Partenord à Hazebrouck. Il loue avec son épouse un logement de 57 m2. L’histoire pourrait s’arrêter si Partenord ne faisait apparaitre sur les factures une superficie de 107, 54 m2… Une différence de superficie qui a pour conséquence de faire exploser le montant des charges ! En 2015, la cour d’Appel de Douai a donné raison à Claude Dhaudt : « il résulte de ces éléments, qu’en l’absence de tout justificatif versé aux débats, la société ne rapporte pas la preuve des charges dont elle a réclamé le paiement aux époux Dhaudt au cours des années 2008 à 2012 ». Elle a condamné Partenord à lui verser la somme de 4683 euros. Mais de discussion en discussion, de voisins entre voisins, il est apparu que d’autres locataires avaient décelé les mêmes dysfonctionnements. L’avocat des époux Dhaudt est en train d’analyser près de 45 dossiers de locataires !

Pour rappel, le parc du bailleur social abrite près de 47 000 locataires. Claude Dhaudt et son avocat Maitre Mougel viennent de lancer une association départementale de défense des locataires afin d’organiser les locataires. Le Parti de Gauche appui le combat de Claude Dhaudt et de son association : il faut remettre le locataire au cœur de la gestion des logements sociaux.

Le Parti de Gauche Nord appelle le bailleur social à faire preuve de transparence afin d’éclaircir la situation.

Le Parti de Gauche Nord.

Fives Industries: « Non à la fermeture, non aux licenciements, 100%de reclassements »

« NON A LA FERMETURE DE FIVES INDUSTRIES (59), ZERO LICENCIEMENTS, 100% DE RECLASSEMENTS »

Ce mardi 3 mai 2016, une délégation du secteur entreprises et luttes sociales du Parti de Gauche Nord a rencontré les représentants CGT de Fives Industries. L’occasion pour le Parti de Gauche d’apporter son plein appui à la lutte menée depuis des semaines par les 68 salariés.

IMG_20160503_125059.jpg

Le Groupe Fives Industries est un groupe international d’envergure. Il compte 8300 employés répartis en 100 implantations à travers le monde. Il a généré en une année 1, 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires ! Le site installé à Noyelles-les-Seclin (Nord, 59) est centré sur la production d’équipements, des pièces de rechange pour l’industrie sidérurgique, de cage de laminoirs, de descentes étanches pour l’exploitation pétrolière, de tuyaux, de pièces et châssis de différentes tailles. Fives industries possède à l’heure actuelle un carnet de commande bien rempli (500000 /an) et travaille régulièrement avec des grands noms de l’industrie mondiale : AREVA, SHELL… Enfin, en complément de la partie production, le site dispose d’un secteur « Ingénierie » et « Recherche et développement » bien développé regroupant 50 % des employés.

Par ailleurs, les salariés du site sont les détenteurs d’un savoir-faire unique au sein de leur groupe : ils sont les seuls à pouvoir fabriquer des pièces de très grand format et de plusieurs tonnes. Autre atout, un secteur « Recherche et Développement » performant qui travaille actuellement avec l’entreprise SHELL sur un nouveau prototype de machine de pompage pour les stations pétrolières. On est bien loin du portrait d’une entreprise sur le déclin. Et pourtant…

Pourtant, le président du groupe M. Frédéric Sanchez a décidé que le site de Noyelles n’avait pas d’avenir. Le verdict est tombé brutalement après l’arrivée d’un nouveau directeur, M. Begin, qui semble tout juste nommé pour « liquider » la boite.  Mais qui est M. Sanchez ? Vous le connaissez sans doute : vice-président du MEDEF dont il est le responsable de la branche internationale, M. Sanchez fait partie du groupe constitué par le gouvernement Valls-Hollande pour « réindustrialiser » la France !

Est-ce cela M. Sanchez, M. Hollande, M. Valls votre vision de la réindustrialisation de la France ? Supprimer des emplois d’un coup de stylo, détruire les savoir-faire irremplaçables et disperser les brevets et machines aux « quatre vents » ?

IMG_20160428_152652.jpg

Le Parti de Gauche soutient et relaye les revendications de la CGT Fives Industries : «  Non à la fermeture du site, non aux licenciements, 100% de reclassements ».Le PG salue la détermination des salariés de Fives Industries. Nous appelons à mise en place en urgence d’une politique de planification industrielle et écologique au niveau européen. L’industrie française peut et doit jouer un rôle dans la transition énergétique qui doit être mise en place au plus vite pour sauver notre planète.  La transition énergétique, le développement de l’éolien et de la géothermie ne se fera pas sans les savoir-faire des ouvriers et techniciens de Fives-Industries à Noyelles. Mobilisons-nous à leurs côtés pour gagner ce combat pour l’avenir!

Julien Poix, responsable départemental du secteur entreprises et luttes sociales du Parti de Gauche Nord

jlm

Visite de soutien de Jean-Luc Mélenchon aux Akers

Ce samedi 16 avril 2016, Jean-Luc Mélenchon, député européen et auteur de L’Ère du Peuple répondra à l’invitation de la CGT Akers. Akers, entreprise historique du secteur est au bord de la liquidation.

Il sera présent à l’Usine Akers de Berlaimont à partir de 14h. Nous vous donnons rendez-vous sur place dès 13h30.
Plusieurs syndicalistes prendront la parole pour présenter les combats qu’ils mènent.

Venez nombreux manifester votre soutien aux salariés en lutte. On n’assassinera pas l’industrie de notre région. Tous unis pour défendre nos emplois en Sambre et dans le Valenciennois.

akers

Les militants du PG aux côtés des Akers lors de la visite de soutien du Parti de Gauche Nord et de Philippe Juraver, secrétaire national du PG aux luttes

C’est la violence patronale qui brise la vie des travailleurs!

A l’heure ou le PS lance son référendum-mascarade sur « l’Union de la gauche », à l’heure où l’Ump de M. Bertrand propose d’interroger par référendum les citoyens sur le nom de notre future grande région (on croit rêver!), le Parti de gauche Valenciennois et le secteur entreprises et luttes sociales du PG 59 avaient choisi de donner la parole à ceux qui sont en première ligne face aux politiques destructrices du gouvernement: les travailleurs et les syndicalistes.

La réunion s’est tenue à Valenciennes. Elle s’est ouverte par un court extrait de l’interview récente de Xavier Mathieu, leader syndical des « Conti ». Face aux médias-chiens de garde il a fait la démonstration que la lutte paye quand elle dépasse le cadre de la légalité, surtout quand les exploiteurs s’abritent derrière celle-ci.

Plusieurs invités sont ensuite intervenus lors de cette soirée. Ils ont pu témoigner de la brutalisation accélérée du monde du travail et ont tous constatés le mur de violence et d’indifférence construit autour d’eux par le patronat et le gouvernement complice.

Patrice Dayez, syndicaliste sud-industries chez Ogura Onnaing

C’est ensuite les parents d’un intérimaire de France assistance entreprise implantée dans la Sambre qui sont venus à la tribune. Embauchés en Emploi avenir avec les subsides de la région, ils ont été mis à la porte par un patron-voyou aujourd’hui condamné par la justice. Des mois de guérilla administrative ont été nécessaire pour obtenir cette condamnation. Une situation parfois insoutenable dûe à l’arrogance du patron mis en cause:  elle a conduit au suicide d’un des employés.

Des syndicalistes  sud-cheminots ont pour leur part fait le point sur la nouvelle convention Ter qui n’est pas respectée par la SNCF: les suppressions d’agents d’escales, ouvertures des gares à géométrie variable, menace sur les contrôleurs… Sur l’autel de l’austérité on sacrifie un outil indispensable à l’équilibre des territoires.

Des responsables locaux et départementaux du syndicat sud-cheminots étaient présents pour intervenir sur la nouvelle convention TER régionale
Des responsables locaux et départementaux du syndicat sud-cheminots étaient présents pour intervenir sur la nouvelle convention TER régionale

Les luttes de l »industrie étaient aussi au programme. Comment empêcher que notre région deviennent un désert industrielle tout en préservant la dignité des travailleurs et leur cadre de vie? Il faut remettre le volontarisme politique au goût du jour. Aurélien Motte, de la CGT Sambre-et Meuse, propose « une commission de contrôle des subventions données aux entreprises par le conseil régional associant les salariés et les syndicats ». En effet, plusieurs centaines de milliers d’euros avaient été donnés aux éventuels repreneurs de l’usine Sambre-et-Meuse de Feignies. Au final, après les coups de marteau fatidiques de la vente aux enchères, le repreneur va vendre à la découpe aux entreprises indiennes le matériel de l’usine. Et laisser une centaine d’ouvriers sur le carreau.

De gauche à droite: le père d'un des licenciés de France Assistance, Jean-Paul Renoux du secteur entreprises et luttes sociales du PG, Aurélien Motte, responsable syndicale CGT de Sambre-et-Meuse
De gauche à droite: le père d’un des licenciés de France Assistance, Jean-Paul Renoux du secteur entreprises et luttes sociales du PG, Aurélien Motte, responsable syndicale CGT de Sambre-et-Meuse

L’attente d’un débouché politique est forte. Tout comme la colère. Le rejet du système politique traditionnel est unanime.

Les syndicalistes ont pu interpeller plusieurs personnalités politiques qui avaient répondu présent à l’invitation du PG-FDG. Les questions de l’emploi, de l’industrie, de la formation ont été évoquées. Laurent Matejko, conseiller régional du Parti de Gauche-Front de Gauche, Sandrine Rousseau, candidate du Rassemblement ( EELV, Front de Gauche, Nouvelle Gauche Socialiste, Nouvelle Donne) ont pu témoigner de leur solidarité et débattre des solutions à trouver.

Le Parti de Gauche continue le combat sur le front des luttes. Plus que jamais il faut rassembler toutes les forces prêtent à renverser la table. Cette vague citoyenne naitra de ces luttes. C’est dans ce sens que le Parti de Gauche Nord a lancé depuis plusieurs mois un secteur entreprises et luttes sociales en liaison étroite avec  Philippe Juraver et Jean-Paul Renoux responsables nationaux. Merci à Jean-Paul Renoux pour son soutien et sa présence, merci à Françoise Dupont et à tous les camarades du Valenciennois pour leur courage et leur implication dans les luttes. On lâche rien!

Julien Poix, responsable du secteur entreprises et luttes sociales du PG Nord-membre du Front de Gauche

IMG_20151016_195125 IMG_20151016_202055

Jean-Luc Mélenchon à Sciences Po Lille: La conférence en vidéo

Jean-Luc Mélenchon, député européen, co-fondateur du Parti de Gauche et du Front de Gauche a donné ce mardi 29 septembre 2015 une conférence à Sciences Po Lille sur l’un de ses derniers ouvrages « L’Ère du Peuple ». Il était invité à l’initiative de l’association étudiante  » Rouge Trévise ». Si vous l’avez ratée, voici l’intégralité de la conférence en vidéo. Merci à Régis et à la télé de gauche 59.

https://www.youtube.com/watch?v=sDguGWCsJ3Q

sciences po

Tous les étudiants n'ont pas pu rentrer dans la salle de conférence du fait de l'affluence.
Tous les étudiants n’ont pu rentrer dans la salle de conférence du fait de l’affluence.

LETTRE OUVERTE à FABIEN ROUSSEL ET AUX CAMARADES COMMUNISTES

Laurent Matejko, chef de file avec Marie-Laure Darrigade du Parti de Gauche-membre du FDG  pour l’élection régionale de décembre 2015 publie une adresse à Fabien Roussel, chef de file du PCF. Ce week-end, 75% des votes des militants d’EELV se sont portés sur le choix d’une alliance avec le Front de Gauche. Nous sommes à la croisée des chemins. Le Front de Gauche, toujours à l’avant-garde des combats ne doit pas laisser passer cette chance historique pour construire un nouvel espoir populaire en Nord-Pas-de-Calais Picardie

Cher Fabien, chers et chères camarades,

Alors que les reniements du gouvernement prétendument socialiste aggravent la triple crise démocratique, sociale et écologique que connaît notre pays, la majorité des citoyens se détournent de la politique quand ils ne cèdent pas aux sirènes de l’extrême-droite. Tu le sais aussi bien que nous, notre région n’est pas épargnte situation catastrophique. Le taux de chômage, les catastrophes sanitaires telles que l’augmentation des cas de cancers, la pollution de nos eaux, de l’air, du sol, la précarité énergétique, l’échec scolaire sont autant d’indicateurs sur lesquelles notre Région flirte avec les records nationaux. Pourtant, les sondages promettent notre Région à la droite ou à l’extrême-droite

Dans ce contexte dramatique, les élections régionales peuvent faire émerger une alternative politique, la nôtre, celle de l’Autre Gauche. Nous, militants anti-libéraux, progressistes, écologistes, combattants de toujours, avons la responsabilité de saisir cette occasion longtemps attendue de faire basculer la politique de notre  nouvelle grande région. Jusqu’ici nous résistions, il est temps de passer à l’offensive !

Nous nous adressons à toi, cher Fabien, car plusieurs obstacles restent à lever d’après de récentes déclarations de ta part.

Les parlementaires d’EELV votent majoritairement les textes gouvernementaux ? Mais ce n’est pas nouveau, nous le savions lorsque nous nous sommes tous rencontrés il y a des mois déjà, et qu’alors tu disais chercher un accord avec tous les partenaires. Du reste, durant les élections départementales de mars, le PCF et EELV se sont retrouvés dans des candidatures communes à Lille et dans toute l’Oise. Ce qui était acceptable en mars ne le serait-il plus en septembre ? À l’époque, Jean-Vincent Placé et François de Rugy étaient membres d’EELV, qu’ils ont quitté depuis. De notre point de vue, ce n’est pas au moment où les positions d’EELV sont de plus en plus compatibles avec celles du Front de gauche qu’il faut lui faire ce procès, au contraire. Jamais les circonstances n’ont été plus favorables à un rapprochement inédit de la gauche de résistance à l’austérité avec celle de la transition écologique.

Y a-t-il de si profondes différences entre le projet que pourraient défendre le PCF ou EELV à la tête de la région, qu’elles justifieraient de partir séparés ? Oui il y a de vraies différences de points de vue sur l’Europe, mais nous parlons ici de notre région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Nous partageons une même vision sur les compétences régionales, sur la répartition des richesses, sur la préservation d’un écosystème compatible  avec la vie humaine, sur l’investissement éducatif, etc. et bien sûr contre les politiques austéritaires qui nous réduisent à l’impuissance. Des partis différents, mais animés  par un même objectif  ont réussi à s’allier en 1936 ou dans le CNR. Malheureusement, la question du projet collectif n’a été qu’esquissée sans que les communistes y contribuent. C’est pourtant par-là que l’union peut et doit se faire. Nous vous y invitons une nouvelle fois.

Nous ne sommes pas seuls, nous les engagés dans le combat politique, à nous soucier d’une liste d’alternative rouge-verte. Les syndicalistes, les associations qui résistent, les défenseurs de droits de l’homme, les féministes, les lanceurs d’alerte, les défenseurs de l’environnement, les artistes, tous regardent avec inquiétude ce que nous décidons. Nous ne pouvons pas manquer au combat face à l’extrême-droite. Qu’allons-nous leur dire, que vas-tu leur dire, lors de tes rencontres avec les vraies forces vives de la région ? Que nous n’avons pas su nous entendre sur la tête de liste régionale ? Mais que leur importe à eux qui attendent notre soutien et qui sont prêts à nous accorder leur confiance?

Nous sommes placés devant une situation historique, qui nous met en grande responsabilité de relever le défi.  Vaincre ensemble ou périr chacun de son côté, c’est l’alternative qui nous est offerte. Camarade, as-tu perdu l’envie de gagner ? Devant les attentes du peuple, notre devoir n’est-il pas de conquérir la primauté à gauche pour ensuite nous imposer ?

Le Parti communiste ne peut faillir à son devoir. Ses membres ont toujours été à l’avant-garde contre le conservatisme et la réaction. Seuls, ils ne peuvent espérer trouver le chemin de la victoire. S’ils sont unis aux autres forces de la gauche alternative et écologiste, tout devient possible. Oui, les communistes sont indispensables à ce rassemblement, avec leur ténacité et leur savoir-faire ! Une représentation de premier plan leur est garantie, comme d’autres régions ont su en trouver entre représentants du Front de gauche et d’EELV, pour faire vivre la diversité de nos listes.

C’est pourquoi nous vous appelons solennellement, cher Fabien, chers et chères camarades, à reprendre avec nous le chemin d’une dynamique capable de renverser la situation autour d’une convergence du Front de Gauche et d’Europe-Écologie-Les-Verts, et de toutes les forces progressistes qui voudraient en être. Ceux qui veulent se rassembler dans notre mouvance ont pris position pour l’autonomie vis-à-vis du PS, tous pour les mêmes raisons : ça suffit ! Ce cri est partagé par des millions de nos concitoyens qui n’attendent que notre unité pour prendre la voie d’une autre politique.

Martine Aubry à la braderie: place aux multinationales!

Communiqué de presse du Parti de Gauche Nord-Pas-de-Calais-Picardie

Samedi 5 septembre 2015

Martine Aubry à la braderie : place aux multinationales et aux expériences douteuses

Madame Aubry semble avoir une curieuse conception de ce qu’est un village associatif. A notre emplacement de l’année dernière sur la place Simon Vollant, on trouve de drôles d’associations : Orange, Über, Humanis, Wolkswagen.

A contrario, la CGT Lille Métropole et le Parti de Gauche sont relégués dans le cul de sac d’un pseudo village associatif sur le boulevard de la liberté, avec la compagnie douteuse du Front National. Curieux mélange des genres. Il est vrai qu’à la différence des multinationales, nous n’avons que des idées à offrir.

Nous déplorons que les associations et partis politiques progressistes soient éclatés dans la braderie. Nous expérons que pour l’édition 2016, la mairie de Lille fera preuve de plus de discernement. Lille, « ville de la solidarité »… Peut mieux faire. A moins que le PS lillois soit partisan de l’adage « diviser pour mieux régner ».

Quoi qu’il en soit, ce samedi, le Parti de Gauche – membre du Front de Gauche – vous attend sur son stand dans le boulevard de la liberté le long du palais des beaux arts.

braderie lille 4

Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko, chefs de file du PG aux régionales ( article La Voix du Nord, 14/07/15)

Régionales: à gauche, tout le monde discute… mais pas encore ensemble

Publié le 14/07/2015

Par Christophe Caron

Les élections régionales se déroulent les 6 et 13 décembre et les têtes de listes ont déjà le nez dans le guidon. Dans les états-majors, ça discute tous azimuts. Les listes (par départements) devront être prêtes à l’automne. À gauche, des alliances peuvent se faire… ou se défaire.

 Marie-Laure Darrigade et Laurent Matejko, chefs de file du Parti de gauche pour les régionales. Photo Pierre LE MASSON VDNPQR

L’union de la gauche pour les régionales ? Beaucoup en parlent, mais il faudra patienter un peu avant d’en voir la couleur. Dominante rouge, verte, rose ?…

À cinq mois du scrutin, la période est encore aux déclarations fermes. Prenez Europe Écologie-Les Verts. La formation a officiellement présenté ses cinq chefs de file (aux régionales, on vote pour des listes départementales) : Marine Tondelier dans le Pas-de-Calais, Christophe Porquier dans la Somme, Dominique Jourdain dans l’Aisne, François Veillerette dans l’Oise, et bien sûr la vice-présidente sortante Sandrine Rousseau, également tête de liste régionale, dans le Nord. Jeudi, de passage dans l’Oise, cette dernière a rappelé tout le mal qu’elle pense d’une « alliance de façade » ou d’un « accord mou » avec le PS : « Je n’ai pas entendu un seul socialiste monter au créneau contre la ferme des 1000 vaches. »

Samedi, ce sont les représentants du Parti de gauche, l’organisation lancée par Jean-Luc Mélenchon, qui sont sortis du bois en militant « pour une grande liste rouge et verte ». Côte à côte, voici Laurent Matejko et Marie-Laure Darrigade, deux « salariés » qui se présentent comme les chefs de file régionaux de leur parti aux régionales, œuvrant notamment « pour le rapprochement avec EELV ». Le Parti de gauche (PG) ne se lancera pas seul, c’est une évidence. Des candidatures d’union avec les écologistes ont été expérimentées aux départementales. « Le constat, c’est qu’il y a des convergences possibles. Sur la fin de l’austérité, sur le nucléaire, sur l’opposition à la loi Macron… Il y a une réelle volonté d’autonomie vis-à-vis du Parti socialiste. » Ce PS qui n’a décidément pas bonne presse à la gauche de la gauche. La semaine dernière, le PG a rencontré (séparément) ses camarades d’Europe Écologie et du Parti communiste pour évoquer ces éventuelles fiançailles. L’heure est aux discussions bilatérales, pas encore aux grands-messes.

Devant le PS au premier tour ?

Ailleurs, les agendas se révèlent tout aussi remplis pour un mois de juillet. L’écologiste Sandrine Rousseau l’admettait voici quelques jours : « Bien sûr, on va encore discuter avec le PS. » EELV appartient à l’actuel exécutif du conseil régional à majorité socialiste et possède cinq vice-présidences. Ça ne se balaye pas d’un revers de main… même si on sent bien que l’idée d’une coalition qui serait en mesure d’arriver devant le PS au premier tour titille les esprits. « Dans ce cas, le combat du second tour changerait radicalement », prophétise Laurent Matejko. L’argument : beaucoup de citoyens de gauche ne voteront jamais pour une liste d’union comprenant le PS.

Fabien Roussel, tête de liste régionale du Parti communiste et chef de file nordiste, pense la même chose. Avec Catherine Apourceau-Poly, chef de file Pas-de-Calais, il se tourne lui aussi vers « tous ceux qui partagent notre point de vue sur la politique actuellement menée » (en gros l’austérité). Et de prendre rendez-vous pour l’automne, lorsque l’Assemblée nationale votera le budget. « Si le PS répond aux besoins de la population, notamment en matière de politique de santé, ce sera un bon test. Mais s’il s’agit de poursuivre les politiques menées aujourd’hui, mieux vaut éviter d’entretenir la confusion. » Bref, le planning des discussions est en surchauffe.